PMA pour toutes : cette promesse que craint de tenir Emmanuel Macron

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Hélène Jouan vous parle politique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

La secrétaire d’Etat Marlène Schiappa a annoncé la semaine dernière que la procréation médicale assistée allait rapidement être étendue à tous les couples de femmes. Mais Emmanuel Macron pourrait bien avoir à marcher sur des œufs.

"Emmanuel Macron est un traumatisé du Mariage pour tous", souffle-t-on à l’Elysée. Entendez, la façon dont François Hollande a mené le débat, ou plus exactement comment il a laissé celui-ci lui échapper. Ce n’est pas seulement une question d’étirement dans le temps - automne 2012/printemps 2013 -, mais aussi de méthode : Macron l’a dit pendant la campagne, il juge que les opposants au Mariage pour tous ont été "humiliés".

Mettre en place "un débat apaisé". Emmanuel Macron a donc l’intention de procéder autrement pour la procréation médicalement assistée PMA. Sur le papier, les choses sont claires : oui, la PMA sera élargie à tous les couples de femmes, et non plus réservée aux seuls couples infertiles, le président en a pris l’engagement. Mais "cela se fera dans le cadre d’un débat apaisé où toutes les sensibilités philosophiques et religieuses pourront s’exprimer", affirme-t-on à l’Elysée. "Le président pourrait même recevoir Sens Commun", s’avance l'un de ses conseillers.

Des oppositions multiples... Une manière d'éviter une nouvelle levée de bouclier et une série de manifestations ? Rien n’est moins sûr. L’idée était à peine lancée, que les opposants, comme Laurent Wauquiez ou La Manif pour tous, montaient illico au créneau, mélangeant allègrement PMA et GPA (la gestation pour autrui, ndlr) même si les deux débats n’ont rien à voir, et que le second n’est pas à l’ordre du jour. L’opposition donc, mais aussi le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb qui, dimanche, a émis des doutes : "Il faut mettre des garde-fous, et surtout, est-ce vraiment l’urgence ?", a-t-il dit en substance.

... juqu'au sein du gouvernement. Une tiédeur à rouvrir la discussion qu’on devrait retrouver chez d'autres membres du gouvernement. Il ne faut pas oublier qu’Edouard Philippe, le Premier ministre, mais aussi Bruno Le Maire ou encore Gérald Darmanin, y sont farouchement opposés. Ils peuvent sans doute avaler leur chapeau au nom de la promesse du président, mais il ne faut pas compter sur eux pour qu’ils soient les ardents défenseurs de la PMA comme Christiane Taubira l’a été pour Le Mariage pour tous.

Le réveil des conservatismes. Et puis que retenir de ce Mariage pour tous ? Une loi qui a fait avancer les droits, mais aussi la résurgence d’un mouvement catholique conservateur fort, qui fut l’un des acteurs importants de la présidentielle en soutenant François Fillon. Aujourd’hui orphelin et aphone, est-ce vraiment judicieux de lui redonner du souffle ? Dimanche, Marlène Schiappa a fait marche arrière toute, en étirant à son tour le calendrier : "l’engagement sera tenu avant la fin du quinquennat". Bref, pas sûr que la PMA pour toutes arrive aussi vite que cela.