Une majorité de Français trouve que la démocratie fonctionne mieux

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito politique d'Hélène Jouan est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Un sondage de l’institut Viavoice pour la Fondation Jean Jaurès et La Revue Civique révèle que 54% des Français considèrent que leur démocratie fonctionne bien, une hausse spectaculaire depuis septembre 2016. 

"Quand on se compare on se console." Et si c’était ça l’explication ? Comparé à qui ? À Donald Trump, élu par surprise mais qui en un an a convaincu le monde entier de s’interroger sur sa santé mentale. À Angela Merkel, réélue sans surprise mais qui depuis des semaines a mis le jeu politique allemand à l’arrêt en s’embourbant dans une interminable recherche de coalition. Comparé à Theresa May, chargée d’emmener les britanniques vers la grande aventure qu’ils se sont choisie, mais qui depuis, avale couleuvres européennes et humiliations politiques dans son pays.  Ça va comment chez nous ? "Mieux" répondent les Français. Ils sont ainsi 54% à considérer que leur démocratie fonctionne bien, selon une enquête Vivavoice pour la Fondation Jean Jaurès et La Revue Civique.

L'audace des Français. Il y a deux ans, ils croyaient être contraints de rejouer le match Hollande/Sarkozy, l’an dernier ils se sont retrouvés à voir émerger trois candidats dont deux, au moins, auraient fait basculer le pays dans l’inconnu. "On l’a fait", semblent-ils se dire. "Les Français ont choisi Macron pour se renouveler eux-mêmes", disait au magazine Le Point en mai dernier, le philosophe allemand Peter Sloterdjik. L’opinion publique semble soulagée, en miroir, de ce qu’elle a osé.

Un président à la confluence des attentes. Mais cela ne signifie pas que les Français sont heureux de Macron. Ce n’est pas un indice de popularité. Ce que cette enquête d’opinion raconte, c’est qu’Emmanuel Macron s’est retrouvé à la confluence de tout ce qui importait aux yeux des français : balayer les anciennes personnalités politiques, effacer le clivage droite/gauche. Et ce qui est intéressant, c’est que les clivages parmi les électeurs s’effacent pour saluer ce regain de confiance dans nos institutions. Effacé le hiatus élite contre peuple, jeunes et vieux ; les macronistes sont plus convaincus que les autres bien sûr, mais on retrouve également les mélenchonistes dans une moindre mesure, seuls les électeurs du FN résistent à la chanson douce "la démocratie se porte mieux".

Peut mieux faire. Emmanuel Macron dispose d’abord d’une bonne gâche, sa réforme institutionnelle - limiter le nombre de parlementaires et le cumul des mandats dans le temps -, est plébiscitée par une majorité de français. Et les Républicains feraient bien d’y réfléchir à deux fois avant jouer de leur forteresse du Sénat pour la bloquer. S’ils devaient offrir à Emmanuel Macron un référendum sur la question, il ne manquerait plus que le oui l’emporte ! Mais attention, les Français souhaitent tellement que le fonctionnement démocratique s’améliore qu’ils en demandent plus : être mieux représentés par leurs députés. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, disent-ils, même avec les petits nouveaux de la République en marche!. Ils veulent que leurs avis soient mieux pris en compte quand ils sont consultés. Une pierre dans le jardin du gouvernement qui s’apprête à prendre sur Notre-Dame-des-Landes, une décision qui pourrait être contradictoire avec ce souhait. Notre démocratie va mieux, par comparaison, mais elle est encore "une attente" disent les Français.