Rencontre entre Jean-Luc Mélenchon et Philippe Martinez, de grands enjeux

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Hélène Jouan vous parle politique est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque matin, Hélène Jouan évoque un sujet précis de la vie politique. En ce mercredi, elle décrypte les enjeux de la rencontre entre Jean-Luc Mélenchon et Philippe Martinez dans l'après-midi.

Rencontre au sommet mercredi après-midi entre deux opposants à la politique d’Emmanuel Macron : Jean-Luc Mélenchon et Philippe Martinez de la CGT.

Depuis la fameuse poignée de main Trump-Macron du  25 mai dernier, l’observation du serrage de ces dites poignées de main est devenue une spécialité journalistique à part entière. Que regardera-t-on de la poignée de main entre le leader des Insoumis et le numéro 1 de la CGT ? Y verra-t-on une alliance se sceller ou une concurrence s’exprimer ?

Un mot d’abord sur l’histoire de cette rencontre. C’est Philippe Martinez qui, cet été, a envoyé un courrier à tous les groupes parlementaires de l’Assemblée pour leur proposer une rencontre, "nous, on a répondu Banco", raconte-t-on à France Insoumise. Après avoir déjà vu les communistes, il revient donc à l’Assemblée mercredi après-midi avec une petite délégation, pour rencontrer Jean-Luc Mélenchon et le groupe des députés Insoumis. Sauf que l’entrevue entre les deux hommes intervient à un moment particulier, celui de la préparation de leurs deux manifestations.

Mais alors, sont-ils alliés ou concurrents ?

Officiellement alliés… Plus il y aura de monde le 12, à l’appel de la CGT, plus il y aura de chance qu’il y en ait le 23 derrière la France Insoumise, plaide-t-on chez Mélenchon, mais chacun dans son couloir : la défense des salariés pour le champ syndical, la mobilisation de toute la France anti-Macron pour le champ politique.

Et c’est bien cela qui agace, plus encore, qui inquiète la CGT et l’ensemble des syndicats : la propension très personnelle de Jean-Luc Mélenchon à passer au-dessus de leur tête. En appelant "le peuple à déferler sur Paris contre le coup d’État social de Macron", le numéro un de la France Insoumise entend prouver sa capacité à élargir son audience, à être le déclencheur d’une mobilisation qui réunirait toute la gauche, des syndicats aux partis en passant par les nouveaux déçus de Macron. "Welcome à tout le monde", ne cesse-t-il de répéter depuis quelques jours.

En cas de réussite, Jean-Luc Mélenchon apparaîtra comme LE leader de l’opposition. C’est lui qui installera le face-à-face avec l’Élysée, au Parlement comme il l’a déjà fait, et dans la rue le cas échéant. Si les syndicats le suivent le 23, ils lui confèrent de fait ce statut-là. S’ils se montrent trop réticents à y aller, ils le laissent engranger seul les bénéfices d’une éventuelle réussite. Dilemme.

Philippe Martinez se sait en situation de faiblesse face à ce politique qui cherche, quoi qu’il s’en défende, à lui manger la laine sur le dos. Le front syndical est désuni au moins au sommet, la mobilisation intervient comme le veut la tradition, un jour de semaine, un mardi avec l’espoir qu’au moins les grèves, notamment celles des transports aient un impact visible. Quand Jean-Luc Mélenchon a opportunément choisi un samedi pour maximiser ses chances de remplir à lui seul la place de la Bastille.

En serrant la main de Jean-Luc Mélenchon mercredi après-midi, Philippe Martinez comptera peut-être ses doigts. Car il sait déjà que tout le monde fera le comparatif entre les deux mobilisations, 12 et 23, et il subodore déjà qu’on est en train de lui piquer quelque chose.