Mission InSight : "On va essayer d’écouter si le cœur de Mars bat"

  • A
  • A
Entre ciel et terre est une chronique de l'émission Toute l'info du week-end
Partagez sur :

La mission dans laquelle la France a conçue le principal instrument, doit déterminer si le noyau de Mars bouge encore et ainsi percer le mystère de la formation des planètes telluriques.

Environ 385 millions de kilomètres à parcourir en un peu plus de six mois pour tenter de percer grâce à Mars le mystère de la formation des planètes telluriques : c'est la mission de la sonde InSight dont le tir est prévu ce samedi entre 13 heures et 15 heures (heure française) en Californie.

"Capter les séismes". Concrètement, cela consiste à détecter les séismes martiens qui, selon la description de la Nasa, sont "comme un flash qui illumine la structure interne de la planète". InSight doit récolter des données par le biais de trois instruments : un sismomètre, un dispositif permettant de localiser avec précision la sonde tandis que Mars oscille sur son axe de rotation et un capteur de flux de chaleur capable de s'insérer trois à cinq mètres dans le sous-sol martien, soit quinze fois plus profondément que lors de précédentes missions.


"Ecouter le 'cœur' de Mars". "C'est écouter le 'patient Mars'", explique Alain Cirou, le spécialiste scientifique d'Europe 1. "Et on va écouter ce patient avec une sorte de stéthoscope, un sismomètre, pour essayer de savoir si con cœur bat". "L'objectif est de savoir si le cœur de la 'planète rouge' est en activité comme celui de la Terre", détaille-t-il. "Finalement, on va faire la même chose sur Mars que ce qui s'est passé sur Terre à la fin du 19ème siècle pour savoir ce qu'il se passe sous nos pieds. Il y a un regard de l'Histoire assez extraordinaire", glisse l'expert.

Un instrument français. Mis au point par l'Institut physique du globe de Paris, sous l'égide du Cnes, le sismomètre à une telle précision que "si le cœur de Mars bouge sur une distance inférieure à la dimension d'un atome d'hydrogène, le sismomètre va capter cette vibration", révèle Alain Cirou. "C'est la première fois que la Nasa confie à l'extérieur l'instrument principal d'une mission martienne". "Ça signifie que notre expertise en France est reconnue dans le monde entier comme étant la plus précise pour savoir ce qu'il y a au centre des planètes et ce qu'il s'y passe".

Pourquoi Mars est devenue un désert. "La question fondamentale à derrière cette mission est de comprendre les changements de Mars (...) Pourquoi, alors qu'il y a quatre milliards d'années Mars ressemblait à la Terre est devenue un désert ?". "Et l'une des hypothèses, est que le noyau de Mars a cessé de tourner", révèle-t-il. Car sur Terre, le processus pour passer "d'une boule de roches sans reliefs caractéristiques à une planète" pouvant héberger la vie a été masqué par des milliards d'années de séismes et de mouvements de roches en fusion dans le manteau, a expliqué de son côté Bruce Banerdt, responsable scientifique d'InSight au laboratoire JPL de la Nasa à Pasadena, en Californie.