Trump et Clinton jettent leurs dernières forces dans la bataille

  • A
  • A
En route pour la Maison-Blanche est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

Les deux candidats multiplient les meetings et les publicités à quatre jours de l'élection présidentielle.

J-4 ! Plus que jamais, tout le monde scrute les chiffres : les sondages et les calculs Etat par Etat. Et c’est plutôt serré entre Trump et Clinton. Mais vendredi, il y a un autre chiffre qui a retenu l’attention : 82%. Plus de huit Américains sur dix se disent "dégoûtés" par cette élection. Ils n’en peuvent plus. Certains racontent même au journal USA Today qu’ils ont voté par anticipation non pas par ferveur partisane, mais pour se débarrasser et ne plus rien à voir à faire avec cette campagne !

Les candidats multiplient les meetings. Mais il reste quand même quatre jours de campagne et les candidats jettent leurs dernières forces dans la bataille. Soudainement, ils acquièrent le don d’ubiquité. Ils se démultiplient eux même pour faire le plus de meetings possibles. Hillary Clinton va enchaîner vendredi : Pennsylvanie, Michigan, Ohio et Floride ! Donald Trump fera presque le même parcours : New Hampshire, Ohio, Pennsylvanie et Floride. Et les deux candidats abattent leurs toutes dernières cartes. Donald Trump a envoyé sa discrète femme Melania faire un discours à Philadelphie. Et elle a étonnamment insisté sur la violence des réseaux sociaux. "Je m’inquiète pour tous nos enfants. Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont au centre de nos vies et ça peut avoir un mauvais côté. On le voit déjà : notre culture est devenue trop brutale et trop méchante", a-t-elle lancée. Les médias américains relèvent tout de même avec ironie qu’elle ne doit pas aller souvent sur le compte Twitter de son mari, qui l’utilise à longueur de journée pour insulter ses adversaires ou des journalistes. 282 personnes en tout en ont été victimes, selon un décompte du New York Times.

Hillary Clinton veut séduire les Latinos. Hillary Clinton, elle, sait l’importance du vote latino dans les Etats disputés, et pour ça, elle a une arme : son colistier Tim Kaine. Jeudi, il a fait un discours historique. Un discours tout en espagnol, du jamais vu pour un candidat à la vice-présidence. Pour toucher l’électorat noir et jeune, Hillary Clinton compte sur un alignement d’étoiles et de stars. Après le chanteur Pharrel Williams jeudi, c’est le rappeur Jay-Z qui fait un concert pour elle vendredi soir à Cleveland.

Des publicités dans tous les médias. Et si les candidats labourent le terrain, ils squattent aussi les médias. On assiste à une avalanche de pubs télé de dernière minute. Des clips de campagne impossibles à rater dès qu’on allume son téléviseur et là, plus question de finasser : il faut taper fort sur l’autre candidat. Dans une publicité du camp Trump, on voit une fausse Hillary Clinton détruire des ordinateurs et des téléphones portables à coup de marteau et de pioche, tout en entendant la voix de la vraie dire qu’elle transparente et qu’elle a donné tous ses emails controversés au FBI. Le message est clair : ne lui faites pas confiance !

Coté Clinton, c’est tout aussi basique. Il y a ces clips qui rediffusent en boucle toutes les insultes et les horreurs proférées par Donald Trump contre les femmes, les latinos, les handicapés, mais aussi une autre dans laquelle on fait un bond dans le futur, l’Amérique sous une présidence Trump. Le nom de Trump collé sur le fronton de la Maison-Blanche et des nouvelles pires les unes que les autres. L’Arabie saoudite se dote de l’arme nucléaire, les marchés s’effondrent et l’armée dans les rues pour expulser les immigrants clandestins…