Pour la presse américaine, l’élection est déjà gagnée pour Hillary Clinton

  • A
  • A
En route pour la Maison-Blanche est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

A moins de quinze jours du scrutin, les derniers sondages donnent jusqu'à 12 points d'avance à la candidate démocrate.

A deux semaines de l’élection, la victoire d’Hillary Clinton semble ne plus faire de doute. Lundi, le tout dernier sondage lui donne 12 points d’avance sur Donald Trump. Pour les médias américains, ça semble donc plié. Le Washington Post estime même que Trump a "presque zéro chance de gagner" et ne voit plus que 3 états indécis plutôt qu’une dizaine habituellement. D’ailleurs, on a l’impression que la campagne a baissé en intensité. Personne ne voit comment Donald Trump peut remonter la pente, sauf s’il y avait un événement extraordinaire qui pourrait faire basculer la campagne,  ou si tous les instituts de sondages se trompent lourdement.

Les votes par anticipation donnent la tendance. Ce ne sont certes que des sondages, mais il y a un autre indicateur très important : le "early voting", le vote par anticipation en bon français. Il est possible dans presque tous les Etats, comme la Floride par exemple, où on peut dès aujourd’hui aller dans un bureau de vote. Et comme beaucoup d’Américains sont "enregistrés" sur les listes avec leur préférence (républicain, démocrate ou indépendant) il est déjà assez facile d’avoir déjà des tendances.

Dans deux Etats très importants, la Floride et la Caroline du Nord, Hillary Clinton fait déjà mieux qu’Obama à la même époque il y a quatre ans. Sans ces Etats, Donald Trump ne peut pas gagner. Au QG de la candidate démocrate, c’est l’effervescence. Tous les soirs, ces "votes par anticipation" sont comptés. Et sachant qu’un électeur sur trois devrait avoir voté en avance, il est possible que Clinton sache qu’elle a gagné avant même le 8 novembre, jour de l’élection.

Trump continue de parler de truquage des élections. De son côté, Donald Trump continue à dire que les élections sont truquées et qu’il ne faut pas croire les médias.Pour avoir une idée réelle de l’ambiance chez Trump, il faut en fait écouter sa directrice de campagne et super-porte-parole, Kelyanne Conway. C’est son thermomètre. Elle a fait la tournée des émissions politiques du dimanche. D’abord sur NBC, elle a reconnu ce que Trump lui-même nie dans ses meetings : il est en retard dans les sondages. "Nous sommes derrière, elle a des avantages énormes : 66 millions de dollars dépensés en publicités politiques juste en septembre. Et puis aussi elle a un mari qui se trouve être un ancien président qui fait campagne pour elle, le président actuel, la première dame, le vice-président, tous plus populaires qu’elle !"

Trump "fait ses propres discours". Samedi, Donald Trump avait bien essayé de relancer sa campagne avec l’annonce de ses mesures-phares dans les 100 premiers jours de son mandat sauf que dans le même discours, il a promis de poursuivre en justice toutes les "menteuses", je cite qui l’accusent d’agression sexuelle. C’est évidemment ces déclarations qui ont fait la Une. Kellyanne Conway a réagi à ce sujet : "Il fait ses propres discours, c’est sa candidature, c’est lui qui est en course pour la Maison-Blanche.  Il peut dire ce qu’il veut", a-t-elle déclarée.

Elle prend ses distances, ce qui est assez symptomatique de la part de celle qui le défend coûte que coûte depuis des semaines. Kelyanne Conway est en effet la femme qui a relancé la campagne Trump en septembre. 50 ans, blonde, souriante en permanence tout en trouvant toutes les justifications du monde à Donald Trump, elle a même donné un sketch dans le Saturday Night Live. Elle vient toutes les deux minutes sur CNN tenter d’éteindre une polémique.

"Ok Jake, ce tweet est sorti de son contexte : bien sûr que Mr Trump pense que les Mexicains savent lire. Et d’ailleurs, ce qu’il voudrait qu’ils lisent ce sont les 33.000 emails qu’Hillary Clinton a effacés !

Ok oui, Mr Trump a défié Obama à un concours de pénis. Et si le président voulait bien simplement présenter son pénis, nous pourrions revenir à des sujets vraiment importants : l’emploi.

Oui, il a dit que c’était dégueulasse de regarder des homosexuels manger des pâtes, mais c’est parce qu’il veut qu’ils mangent plus sainement !

Bien sûr que nous, les Noirs n’avons pas un orteil de moins que les Blancs !"

Et très honnêtement, on est parfois pas très loin de la réalité.