Melania Trump part en campagne pour reconquérir les femmes

  • A
  • A
En route pour la Maison-Blanche est une chronique de l'émission Europe soir
Partagez sur :

La femme de Donald Trump a pour mission de ramener l'électorat féminin vers le candidat républicain.

J-5 ! Et à quelques jours de l’élection du 45ème président américain, l’événement du jour se déroule dans la banlieue de Philadelphie. Pour la première fois, Melania Trump, l’épouse de Donald, tient un meeting. Et l’événement qui se déroule dans une grande salle de sport attire beaucoup de monde. C’est un peu l’attraction du jour. Et pour cause, la dernière fois que Melania Trump a prononcé un discours, lors de la convention républicaine en juillet, tout le monde lui est tombé dessus, parce qu’une bonne partie de son speech était un copié-collé d’un discours de Michèle Obama.

Melania Trump en meeting. Melania Trump, elle n’aime pas trop parler. Le staff de campagne le reconnaît. L’anglais n’est pas sa langue maternelle. Elle est slovène. Elle est d’ailleurs restée plutôt discrète pendant tout au long de la campagne. Et pour la pousser à faire campagne, Trump l’a carrément prise par surprise à la télé en annonçant qu’elle ferait des discours. Pour l’instant, celui de jeudi, est le seul au programme. Et il est important, dans cette banlieue blanche, éduquée de Philadelphie, où Trump a du mal à convaincre les républicains traditionnels.

Convaincre les femmes. La mission de Melania Trump c’est notamment de parler aux femmes, d’adoucir l’image du candidat. "Je viens vous parler d’un homme que je connais depuis 18 ans", voilà comment va commencer son discours tout à l’heure. Et ce n’est pas seulement Melania, c’est tout le clan Trump qui est en campagne. Désormais toute la famille est sur la route, tous ses enfants. Donald Jr, Tiffany, Eric et sa femme Lara, et Ivanka mercredi dans le Michigan. Le clan Trump accélère et cela se resserre dans les sondages !

L'avance d'Hillary Clinton réduite. Depuis l’affaire des emails, les chiffres montrent que l’avance d’Hillary s’est nettement réduite. Jeudi, le centre du monde c’est la Caroline du Nord et pour cause, les deux candidats y sont. Et là-bas particulièrement, Hillary Clinton a un gros problème : la participation chez les Afro Américains. Ils se mobilisent beaucoup moins que pour Obama. Les chiffres montrent un net décrochage. Alors Barack Obama est allé lui-même, mercredi, faire le boulot dans la région. Et pour endiguer la démobilisation, les stars "Blacks" arrivent à la rescousse. Pharrel Williams fait campagne aujourd’hui aux côtés d’Hillary Clinton. Ce week-end ce sont JayZ et Stevie Wonder qui vont donner des concerts pour elle. Avouez que c’est chic.

Trump attaque Clinton sur les emails. Quant à Donald Trump, il attaque, il pilonne sur l’affaire des emails. Il plaisante lui-même des conseils que lui donne son entourage sur les dérapages. Et le candidat républicain a enfin annoncé où il attendra les résultats mardi soir. Il ne sera qu’à quelques kilomètres d’Hillary Clinton, à Manhattan lui aussi. Pas à la Trump Tower comme pour l’annonce de sa candidature, il n’a pas le droit, mais à deux pas. Il a loué les salons du Hilton. Trump étonnamment voit petit. Rien à voir avec l’immense plafond de verre et les feux d’artifices déjà prévus par Hillary. "On veut rester modeste, Donald est superstitieux", explique son entourage. Superstitieux ? Pourtant il a quand même annoncé une "Victory Party", une fête de la victoire alors que Clinton l’a plus sobrement appelée "Soirée électorale".