Astonomie : découverte d'une planète qui pourrait bien être un monde tempéré et ressembler à la Terre !

  • A
  • A
En quête de science est une chronique de l'émission Europe 1 Week end
Partagez sur :

Chaque matin, Alain Cirou nous explique en détails un évènement scientifique.

L’annonce a été faite il y a quelques heures par les astronomes européens (majoritairement suisses et français) ils ont découvert une nouvelle planète autour d’une étoile proche. Une planète qui pourrait bien être un monde tempéré et ressembler à la Terre. C’est du sérieux ?

Oui ! L’annonce a été faite par les spécialistes mondiaux de la détection d’exoplanètes (ces planètes qui tournent autour d’autres étoiles que le Soleil), majoritairement des suisses et des français, après plus d’une décennie d’observations méticuleuses réalisées avec un télescope installé au Chili depuis l’Observatoire européen de la Silla.

Vous savez que le Soleil est une étoile. Et que les étoiles sont toutes parentes mais aussi toutes différentes. Il y en a des petites, des grosses, des jeunes, des vieilles, des solitaires, des binaires ou des multiples, bref, une très grande diversité.

Et ce qui a été découvert là, c’est une planète qui orbite autour d’une toute petite étoile qu’on appelle une naine rouge à 11 années-lumière de la terre.

On a déjà découvert beaucoup de planètes en dehors de notre Système solaire (plus de 2.500 "exoplanètes" sont aujourd’hui connues. En quoi celle-ci est différente ?

Pour plusieurs raisons :

. C’est l’étoile proche la plus calme que nous connaissons.

. La planète détectée (qui est de masse terrestre) si elle se situe dans la zone d’habitabilité, si elle a de l’eau et une atmosphère, présente toutes les conditions d’un monde tempéré.

Est-ce qu’on la voit ?

Non ! Même si c’est une petite étoile, la lueur de la planète est trop faible pour qu’elle puisse être détectée depuis le sol. Il est encore impossible depuis le sommet de la Tour Eiffel à Paris, de voir une luciole tourner autour d’un phare à Marseille.

Les astronomes devinent sa présence en raison des perturbations quelle crée dans les mouvements de son étoile. Exemple du lanceur de marteau aux J.O : on ne voit pas le marteau mais le corps du lanceur bouge comme une toupie.

On ne la voit pas, on ne sait pas si il y a une atmosphère et de l’eau. On ne va pas en rester là ?

Évidemment non !

L’objectif premier de cette recherche c’est bien de trouver une planète comme la terre sur laquelle la vie a pu se développer.

Dans les années qui viennent on va voir arriver de nouveaux instruments au sol et dans l’espace. Un successeur de Hubble qui sera lancé en 2019 et l’ELT, un télescope européen géant avec un œil de verre de 39 m de diamètre, qui sera installé au Chili dans les années qui viennent.

Et là on devrait pouvoir analyser en détail l’atmosphère des exoplanètes et savoir si on y trouve la trace de quelque chose qui respire. On ne saura pas si ce sont des algues, des forêts ou des dinosaures, mais on saura qu’il y a une activité biologique.

Et vous comprenez que plus la planète est proche et plus son environnement est calme, tempéré, plus on a de chances d’espérer y découvrir, pour la première fois hors de la terre de la vie.