Les étranges commentaires du médecin de Trump

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Derrière le buzz est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Les propos du médecin de Donald Trump dans une interview ont une fois de plus consterné les Etats-Unis et jeté le trouble sur l'état de santé du futur président.

Avec Trump, il faut s’attendre à tout, y compris à ce que son médecin donc, qui le connaît depuis 35 ans, déclare à un journaliste qui l’interroge sur la santé du président, tout de même, ce n’est pas rien : "Oh, pff… vous savez, s’il arrive quelque chose ben il arrive quelque chose ! C’est pour ça qu’il y a un vice président et tout un tas de gens… pour qu’il puisse mourir."

La citation, issue de l’interview publiée par Stat News, un média spécialisée dans la santé, a déclenché une salve de réactions. Comment peut-on être si léger ? quel est vraiment l’état de santé du Président ? Il faut se rappeler qu'il sera le plus vieux de l'Histoire des États-Unis, Reagan avait 7 mois de moins. Et ce docteur on ne lui fait pas confiance, c'est lui qui avait publié le dernier bulletin de santé du candidat, en forme de tract de campagne. Rappelez-vous : le futur vainqueur en meilleure santé de toute l’Histoire ! il n’avait pas convaincu.

Toutefois, ce n’est pas lui qui s’occupera a priori du président, ce devrait être un médecin militaire. Mais cette interview éclaire, à travers ce médecin, la personnalité de Donald Trump. Comme lui, c'est un iconoclaste, imprévisibleet en même temps carré sur ses convictions : Harold Borstein, c'est son nom, c’est un Trump en blouse blanche. Look échevelé, un excentrique qui affiche la photo de son psychanalyste dans son cabinet, à côté de petites poupées nues qui le font rire. Il est aussi intéressé par l’argent (il y a une boîte pour les dons dans sa salle d’attente) que par ses patients auxquels il se dévoue. Iil n’y a pas de frontière entre ses patients confie-t-il , et sa vie privée : un médecin passionné, mais insaisissable. Au dos de ses cartes de visite, il a fait écrire : docteur très célèbre en italien – vous voyez l’ego, et quelques jours après avoir reçu le journaliste, il l’a rappelé pour le menacer de mille morts s’il osait publier l’interview.