Autriche : une jeune fille poursuit ses parents pour viol d'intimité

  • A
  • A
Derrière le buzz est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Une jeune autrichienne poursuit ses parents pour la publication sur Facebook de 500 photos intimes ou grotesques d’elle enfant.

L’histoire troublante de cette jeune autrichienne qui attaque en justice son père et sa mère pour viol d’intimité.

Des années que Carinthiene rongeait son frein, qu’elle voyait son père poster sur Facebook des centaines de photos qu’elle jugeait dégradantes. Elle mangeant comme un cochon sa glace au chocolat, en train de se baigner dans un caniveau, et même nue dans son berceau, ou à deux ans sur le pot… Ses supplications à l’adolescence pour que son père retire les maudits clichés n’ont rien donné, il la trouvait tellement mignonne. Alors à 18 ans Carinthienne est passée à l’action. Elle a pris un avocat et attaque en justice. "Ils n’ont aucune honte, aucune limite" dit-elle au quotidien Heute. Chaque étape de ma vie a été photographiée et ils ont tout rendu public !". Et de fait, son avocat a recensé 500 clichés, diffusés sans son consentement. Le procès aura lieu en novembre et en Autriche, c’est une grande première.

Mais a-t-elle des chances de gagner ?

Bien sûr qu’elle a des chances, même si les lois en Autriche sont plutôt souples concernant la diffusion d’images sur les réseaux sociaux. Elle a des chances, parce que son absence de consentement est avérées, elle a harcelé ses parents avant de porter plainte. Mais également parce que les photos, quand même très intimes, n’ont pas été diffusées qu’aux tantes ou aux cousins mais aux 700 amis Facebook des parents de la jeune fille qui sont de vagues connaissances ou des relations de travail. Carinthienne tremble à l’idée de les croiser un jour car c’est petit l’Autriche.
Ses parents encourent une peine financière principalement, qu’ils pourraient devoir a leur fille pour la dédommager de son traumatisme et de la destruction de sa vie personnelle. Pensez-y avant de poster sur Facebook une photo du change de votre nouveau-né, c’est sa vie personnelle que vous exposez et vous pourriez le regretter un jour.