Auschwitz : la condamnation du comptable pour complicité confirmée

  • A
  • A
Derrière le buzz est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

L'ancien comptable d'Auschwitz, même s'il n'a pas de sang sur les mains, a été condamné définitivement à quatre ans de prison pour complicité de l'Holocauste.

Dans la presse internationale, 70 ans après l’Holocauste, la Justice Allemande vient de rendre un jugement inédit en confirmant la condamnation d’un membre subalterne du régime nazi.

Oui, c’est une première, car jamais depuis la fin de la guerre, aucun acteur secondaire du régime nazi n’a été condamné sans avoir de sang sur les mains. En rejetant l’appel d’Oskar Groening, 95 ans, la Haute Cour de justice allemande crée donc un précédent.

Groening était comptable à Auschwitz. Sergent dans la SS, il est affecté au camp en 1942 et va y rester deux ans. On le charge de trier, de compter les possessions l’argent des Juifs envoyés dans les chambre à gaz. Deux fois il va demander son transfert, choqué de ce qu’il découvre, mais on le lui refuse et il s’en accommode. Il poursuit son travail d’employé de bureau parfaitement conscient de ce qui se passe, les yeux baissés. Groening n’a pas tué, il s’est même dévoilé quelques années plus tard pour dénoncer les négationistes, lui avait tout vu, il l’a dit, c’est comme cela qu’on l’a retrouvé. Mais la justice reconnaît en lui un rouage actif, essentiel au système d’extermination, coupable donc de complicité dans les meurtres commis à Auschwitz. Sa condamnation, en 2015, à quatre ans de prison est donc confirmée aujourd’hui, elle est désormais définitive.

Elle crée donc un précédent ?

Oui que les parties civiles dans plusieurs autres affaires, vont pouvoir exploiter. Depuis quelques années, la justice juge plus sévèrement les anciens nazis. Un autre garde, de Sobibor, avait déjà été condamné pour sa seule présence dans le camp d’extermination, mais il était mort pendant l’examen de son pourvoit en cassation. Cette fois le précédent est bien établi et oui, d’autres condamnations pourraient suivre. Une dizaine de suspects, des typographes, des opérateurs de téléphone et des gardiens des camps de concentration déjà, font l’objet de plusieurs enquêtes. Ils sont évidemment très âgés, comme Gröning, dont on ne sait pas encore s’il exécutera sa peine puisque des raisons médicales pourraient l’en empêcher. Mais le concept même de sa condamnation change énormément de choses. Plus de six millions de juifs ont péri dans les camps, 1,1 million à Auschwitz, et ceux qui étaient présents, même sans participer, même sous ordre, étaient des complices.