Les nouvelles tendances de la restauration rapide

  • A
  • A
Dans votre assiette est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Marion Sauveur nous parle d'alimentation, de "mieux manger", de solutions concrètes pour changer ce qu'il y a dans notre assiette.

On parle alimentation avec les tendances dans la restauration rapide et nomade.

C’est ce mardi que se tient à Paris le Congrès du Snacking, organisé par le magazine France Snacking. Après cinq années de crise, le secteur est enfin dans le vert avec la multiplication des adresses : fast-foods, restaurants rapides haut de gamme ou boulangeries. Fini le même endroit pour manger tous les midis, les Français déjeunent dans six lieux différents sur un mois.
Cette année, la tendance montante est à ceux qui favorisent les produits sains. Le consommateur a besoin d’être rassuré, les restaurateurs l’ont bien compris. Ils sont de plus en plus nombreux à proposer à leur carte des plats plus équilibrés.
Certains en font même leur concept principal : des restaurants rapides haut de gamme “healthy”, avec un panier moyen autour de 13 euros. Ils proposent des salades avec des produits frais et des graines ou des poke bowls : un bol de riz avec du poisson cru, de l’avocat et d’autres aliments sains et colorés.
Selon une enquête de CHD Expert, un Français sur deux s’y rend une fois par mois. Très présents à Paris, ils devraient bientôt envahir les grandes villes provinciales.

Les fast-foods ont-ils toujours autant la côte ?

Oh que oui ! Ils restent les premiers du secteur, ils ont progressé de 40% en un an, à en croire NPD groupe, le spécialiste des études de marché. Il faut dire que dans ce domaine, il y a maintenant du choix avec en plus des grandes marques classiques, des foodtrucks et des restaurants spécialisés dans les burgers premium. Mais CHD Expert estime qu’il y aura bientôt plus d’offres que de demandes.
Et puis, une niche se développe de plus en plus dans la capitale : les fast-food mexicains.

On ne va plus dans les brasseries ?

Si, elles restent dans le coup. Elles se sont adaptées à la concurrence des offres du midi en proposant des plats du jour à des prix abordables, mais aussi des salades pour concurrencer les adresses saines et des burgers qualitatifs.
Mieux encore, ils attirent le public en début de soirée avec des offres “happy hour”, en cassant les prix. Et ils se diversifient en proposant aussi des planches de charcuteries et de fromages. Ils remettent le restaurant à table dans l’état d’esprit du consommateur le soir.
Les boulangeries et autres sandwicheries ne sont pas en reste. Elles ont multiplié les offres déjeunatoires. On est loin de l’époque du seul sandwich proposé. Elles créent même des espaces pour manger sur place. Un consommateur sur cinq s’assoit pour déjeuner et consomme une boisson ou un dessert en plus.
L’une des nouvelles tendances est le petit déjeuner hors de la maison, à emporter. Ce sont surtout les 25-35 ans sans enfants qui sont concernés. Les boulangeries sont leaders dans ce domaine mais de nombreuses enseignes s’y mettent aussi. Les Français achètent en priorité des viennoiseries. Le jus d’orange est très prisé tout comme le café. Et les viennoiseries américaines comme les muffins ou les cookies ont de plus en plus la côte.

Quelles sont les tendances à venir ?

D’après Marie-Pierre Membrives, experte en innovations alimentaires, dans les mois à venir on va voir apparaître de nouveaux produits plus sains comme des steaks de haricots rouges ou de fruits du jaquier, des barres salées aux épices ou aux légumes.
Des produits vivants devraient émerger à base de probiotiques (des micro-organismes utiles à la flore intestinale), kéfir (une boisson issue de la fermentation du lait ou de jus de fruits sucrés) ou kombucha (une boisson à base de thé fermenté).
Et des gourmandises pour adultes comme des bonbons alcoolisés ou des bâtonnets glacés à base de cocktails vont aussi arriver sur le marché.