Finale européenne des Bocuse d'Or

  • A
  • A
Dans votre assiette est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Fannie Rascle nous parle d'alimentation, de "mieux manger", de solutions concrètes pour changer ce qu'il y a dans notre assiette.

Fannie Rascle remplace Marion Sauveur ce lundi 11 juin 2018.

Dans votre assiette, Fannie Rascle nous emmène ce lundi du côté de Turin en Italie. C’est là que va commencer dans quelques heures la finale européenne du Bocuse d’Or.

On est tous derrière Matthieu Otto ! Retenez bien le nom de ce jeune cuisinier lorrain, installé à Sarreguemines, qui va représenter la France dans ce prestigieux concours. Lui et toute son équipe, évidemment, parce qu’on ne se lance pas seul dans une aventure pareille. Il va cuisiner pendant plus de cinq heures. Avec son commis Louis, ils vont devoir “sortir” des plats d’exception construits autour d’ingrédients imposés : un filet de boeuf, des ris de veau, des œufs et du riz. Produits simples en apparence mais recettes très complexes. Ça fait des mois qu’ils peaufinent, qu’ils équilibrent les saveurs et qu’ils rectifient les dressages. C’est un travail à temps complet avec les meilleurs chefs français qui sont venus se pencher au-dessus de leurs marmites pour les conseiller. Pour vous donner une idée, on parle d’un budget de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Le tout orchestré par le chef Romuald Fassenet, c’est un peu le Didier Deschamps de notre équipe française.

Ce concours, c’est évidemment Monsieur Paul qui l’avait voulu ?

Oui, il y a plus de 30 ans déjà. À l’époque, c’était une révolution dans l’univers feutré de la haute gastronomie. Paul Bocuse rêvait d’une compétition, d’une ambiance et d’un show qui soient dignes des Jeux olympiques. Pari réussi ! Avec beaucoup d’émotion évidemment cette année puisque Monsieur Paul n’est plus là. Ce Bocuse d’or, c’est aussi une façon de lui rendre hommage.

La “team France” a-t-elle une chance cette année ?

Demain, à l’heure des résultats, elle devra finir parmi les 10 premiers au niveau européen. Ce qui est un énorme défi parce qu’il y a vraiment là la crème de la gastronomie ! Nos Français sont un peu les outsiders ce lundi. L’équipe est encore jeune mais le coach y croit et nous aussi du coup ! On peut d’ores et déjà se donner rendez-vous en janvier prochain pour la finale mondiale du Bocuse d’Or. Ça se passera évidemment à Lyon, sur les terres de Monsieur Paul.