"My Red Homeland" : carte blanche pour Anish Kapoor à Saint-Etienne

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Culturez-vous est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Diane Shenouda partage son coup de cœur culturel pour la carte blanche donnée par le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne à Anish Kapoor.

Pour ses 30 ans, le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne a donné carte blanche au célèbre artiste britannique d'origine indienne Anish Kapoor. Une star de l'art contemporain qui a souvent défrayé la chronique, par exemple pour l’œuvre "Dirty Corner" surnommé "vagin de la reine" à Versailles. À Saint-Etienne, Anish Kapoor nous impressionne une fois encore avec des œuvres très fortes, très puissantes, jamais vues en France, avec cette exposition, visible jusqu'au 8 avril, intitulée My Red Homeland.

"C'est la vie qui palpite". Tout en rouge, d'un rouge sombre, il y a d'abord cette installation monumentale, un immense cercle de cire avec des monticules de terre autour. Vingt tonnes de cire rouge, mélangées à de la vaseline rouge. Cela s'appelle "My Red Homeland" ("ma patrie rouge"), peut-être en référence à sa terre natale, l'Inde, mais c'est avant tout pour Anish Kapoor, un paysage intérieur, une métaphore du temps qui passe.

"C'est une machine qui tourne très lentement, comme une horloge qui pousse cette cire rouge. C'est la vie qui palpite si vous voulez, comme de la viande, de la chair", explique l'artiste au micro d'Europe 1. Une oeuvre qui parle de nos tripes, de nos pensées, de ce qui nous travaille intérieurement.

"Le silicone est un matériau très intéressant". Il y a aussi des sculptures inédites, toutes aussi spectaculaires. On dirait des météorites ou une montagne dans la brume. Et puis il y a ces matrices rouges, on pense à une femme qui accouche, mais surtout au "Bœuf écorché" de Rembrandt. Des sculptures toutes réalisées en silicone qu'Anish Kapoor mélange à des pigments rouges et blancs et même à du tissu. "Le silicone est un matériau très intéressant car c'est utilisé pour le corps, comme les implants mammaires. Et il absorbe aussi très bien la couleur". Anish Kapoor aime travailler avec tous ces matériaux étonnants qui évoquent le sang, le feu, mais aussi la lumière, la vie, l'esprit.