Virginie Choupard : "Faites moins de bruit Julie, Don Sarkoléone est là, il est de retour !"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Commandeur News est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Virginie Choupard, hôtesse d'accueil au siège des Républicains, est l'invitée de Commandeur News pour parler du retour de Don Sarkoléone.

Ce matin, nous retrouvons une habituée !

Julie : Nous partons pour le siège des Républicains, dans le 15ème arrondissement de Paris où nous retrouvons Virginie Choupard.

Julie : Un bien étrange rassemblement est en train d’avoir lieu. Vous nous entendez Virginie ?

Virginie : Salut Julie. Parlez pas trop fort. Il est là ! Il est dans le hall. Avec les ennuis de Fillon, he’s back ! Tout le monde l’attendait comme le messie !

Julie : Mais qui donc ?

Virginie : Don Sarkoléone ! Il s’est installé un grand siège en velours rouge dans le hall. Et ils passent tous à la queue leu leu, un par un. Ils se mettent à genou et ils lui baisent l’anneau. Lui il met des mains sur les fronts et il dit "Je te pardonne" à tout le monde. Quand je pense que quand il a perdu les Primaires en novembre, ils jouaient tous aux fléchettes sur ses affiches de campagne, et aujourd’hui ils n’ont plus assez de salive pour lui laver ses Berlutti.

Julie : Ah bon ? Mais qui participe à ce manège ? Racontez-nous !

Virginie : Il les a hypnotisés. Il y a Rachida et NKM en train de serrer dans les bras en pleurant. On dirait qu’elles viennent de participer à Perdu de vue. Copé et Fillon se regardent les yeux dans les yeux sans bouger, on dirait une affiche de la Gay Pride ! Il est fort ce Sarko !

Julie : On entend quoi, là ?!

Virginie : C’est Balkani qui fait la quête pour Don Sarkoléone. Il est pas revenu gratos. Il est en train de dépouiller tout le monde de ses effets personnels. Sarkoleone, c’est la Mafia sicilienne, c’est pas les Prêtres à Barbelivien ! Fillon a cédé son Loden du "Vieux campeur", Dati sa montre Cartier, Boutin son "nouveau Testament", David Douillet son kimono, c’est très émouvant, Julie. Y’a Valérie Pécresse qui est allongée par terre, les yeux exorbités. Elle fait une crise d’épilepsie.

Julie : Ah bon, pourquoi ?

Virginie : Elle a soutenu Fillon. Elle s’est barrée pour soutenir Juppé, c’est Fillon qui a gagné. Elle revient chez Fillon, et c’est Sarko qui reprend la main. Elle va finir à l’asile.

Julie : Qu’est-ce qui se passe encore ?

Virginie : C’est Kosciusco-Morizet qui nous joue un coup de harpe. Il va se mettre à grêler, on va rester coincés ici toute la journée. Je vous laisse, je vais chercher des couvertures de survie.