Un policier gréviste : "Je travaille plus en temps de grève qu'en temps normal !"

  • A
  • A
Commandeur News est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

"Commandeur News", toute l’actualité émiettée par Jérôme Commandeur, tous les jours à 7 h 25 ! Au menu de ce matin, le 10ème jour de grève de la police ! 

Julie : Malgré la présentation du plan de Bernard Cazeneuve, le conflit qui oppose les policiers à leur hiérarchie ne semble toujours pas trouver d’issue. Avec nous en duplex, un policier gréviste, l’officier Claude Lacrymo ! Bonjour Claude ! Comment vivez-vous ce conflit, que vous ne pensiez pas voir durer à ce point !

Claude : Mets le doigt dans le verre Didier, y’a trop de mousse ! Putain les gars, il a pas mis de sous-bocks, ça va faire des auréoles sur la tablette de la camionnette. Eh ben si on n’a plus de sous-bocks, tu mets un Morpion ou un Astro. Allez, vas-y, tu refais. Pardon Julie, je suis en formation avec un jeune…

Julie : Mais qu’est-ce que vous faites ? 

Claude : Ah Julie, vous savez, dans la Police, on part toujours au boulot avec un grand bol de céréales dans le ventre ! 

Julie : Ah oui, du Muesli, des Kellog’s ?

Claude : De la Kro ou de la 1664 surtout ! Des céréales au houblon ! Ça tient au corps. Allez, un peu de sérieux, Lieutenant Julie. 

Julie : Ce conflit va-t-il se terminer un jour, officier Lacrymo ?

Claude : Je vais vous dire quelque chose, Brigadier Leclerc, on veut que ça s’arrête ! On a fait un calcul l’autre jour, avec les collègues. Moi je suis gardien de la Paix adjoint à la Compagnie de CRS "Julie Lescaut" du 19ème arrondissement de Paris. En temps normal, je travaille du mercredi au jeudi de 11 h à 11 h 30, et de 16 h à 16 h 15. Le temps de faire démarrer le fourgon, et ensuite on a terminé. On compte pas les heures, c’est normal, c’est le Service public. Eh ben écoutez-la, celle-là Julie : en temps de grève, entre le choix des trajets des manifestations, la préparation des pancartes, et la mise en place du Barbecue, je travaille plus que quand je travaille ! C’est quand même Kazak… Kafikzien, Kazifien…

Julie : "Kafkaïen" vous voulez dire ! 

Claude : C’est ça. Voilà. Tout à fait.

Claude : Attendez, Julie ! (A son stagiaire) On va te bander les yeux, Didier, tu as six Ricard devant toi, et un Pastis. A toi de deviner où il se trouve. Et tu bois tout ! Oui Julie, pardon ! On forme un jeune ! La jeunesse, c’est la transmission, c’est l’a-ve-nir !

Julie : Qu’attendez-vous du plan présenté hier par le ministre de l’Intérieur ? 

Claude : (A son collègue) Elles sont fermées les supérettes à cette heure-ci Francky ! Il reste des "Mon chéri" dans la boîte à gants, on les ouvre, on vide tout l’alcool qu’il y a dedans dans un verre, et on boit ça cul sec. "Aux grands homos, les grands remèdes." Le plan Cazeneuve, y’a du pas bien et du mauvais. Exemple : renforcement du port de la cagoule dans certaines interventions ! Moi l’autre jour, j’étais tellement bourré, j’ai foutu une prune à un collègue, je croyais que c’était un Burkini ! 

Claude : Quel est le trou du cul qui a foutu le gyrophare en route ? Ah non, c’est moi ! J’ai foutu le sac à glaçons dessus ! Je vous laisse Julie, grosse journée !