"Se faire battre par la Suède, c'est comme si un gamin cambriolait la Banque de France"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Commandeur News est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Jérôme Commandeur fait le point sur les Bleus, à un an de la coupe du monde.

Maxime Switek : “Commandeur News” : toute l’actualité "Barbecue, saucisse, et toile de tente " par Jérôme Commandeur, tous les jours sur Europe 1 à 7 h 25. Ce matin, nous faisons un point sur les bleus, chère Anissa !

Anissa : Il y a un an jour pour jour les bleus perdaient la finale de l’Euro contre le Portugal, et dans un peu moins d’un an, c’est la coupe du monde ! Avec nous en duplex du Camping "Merguez / Chipo " de Piemontaise sur Mayo, Bernard Fiskars !

Bernard : Salut les tôlards !

Anissa : Pourquoi vous nous appelez les tôlards ?

Bernard : Je sais pas ce que vous avez fait, mais bosser un 10 juillet, c’est dur, ou vous  avez perdu un pari, ou la direction veut se séparer de vous. Regardez derrière vous quand vous descendez les marches dans la boîte, une petite balayette, et c’est fini. Le monde des médias c’est cruel, ma poule.

Anissa :  Merci Bernard, pour vos encouragements, ça fait chaud au coeur.

Bernard : De rien.

Anissa : Comment voyez-vous évoluer l’équipe de France, à un an de la Coupe du Monde ?

Bernard : Mal. On a pris deux pétées par l’Espagne en mars, (Pas de Sangria pour moi ce soir, merci madame) battus 2-1 par la Suède en juin, même eux ils en sont pas revenus. Se faire battre par la Suède à notre niveau, pour que tu comprennes, c’est comme si un gamin de 4 ans cambriolait la Banque de France. Le lendemain, tu te réveilles bizarre. Et on est passé vraiment, ras du short, face à l’Angleterre, qu’a pas gagné une compète internationale depuis 66. Donc là, à part un défibrillateur, je vois pas ce qu’il leur faut aux gamins.

Anissa : D’où viendraient tous ces problèmes, à votre avis ?

Bernard : C’est un peu de tout. Les joueurs se montent le bourrichon, ils se donnent pour les clubs mais pas assez pour les équipes nationales, la faute des entourages. Le foot c’est comme le camping. T’as beau avoir la meilleure tente du monde, si autour t’as que des connards, tu passes des vacances de merde.

Anissa : On sent que c’est votre truc, le camping !

Bernard : Là, tu me prends par les sentiments, Anissa ! Tu sais quand tu passes ton année dans le Foot, les vacances au camping, c’est vraiment la pause culture. Là tu peux vraiment parler philo, sciences humaines, enrichissement personnel. C’est ici que j’ai rencontré Nathalie ma femme, Nathalie. C’était dans la queue des waters. Elle avait plus de papier toilette, je lui ai prêté le mien, c’était il y a 22 ans, depuis on s’est plus quitté. On en acheté d’autre depuis.

Anissa : C’est romantique !

Bernard : Je dois te laisser, ma poule ! C’est l’heure de l’apéro.

Anissa : A sept heures et demie du matin ?

Bernard : Eh ouais, quand on vit sans montre, on boit quand on a soif !