Maissepère, le mentaliste : "Julie, j'entre en moi-même, l'expérience peut démarrer"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Commandeur News est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Le mentaliste québécois préféré d'Europe 1 prend des nouvelles des politiques battus aux dernières élections.

Maxime Switek : “Commandeur News” : toute l’actualité "Maispéro – mentalisée" par Jérôme Commandeur, tous les jours sur Europe 1 à 7 h 25. Ce matin, on évoque tous ces politiques balayés par les dernières élections !

Julie : Notre invité ce matin est notre ami Maissepère, le mentaliste Québecois ! Bienvenue Maissepère 

Maissepère : Merci Julie, en toute modestie, avec ce que je vais faire ce matin, même Jean-Marie Le Pen, s’il nous écoute, va tourner de l’œil tellement c’est impressionnant. J’adore cette vanne ! Julie va nous expliquer le principe du tour de ce matin !

Julie : Maissepère a constitué une roue, sur laquelle ont été inscrits les noms de nombreux politiques qui ont été battus aux élections cette année.

Maissepère : Cette femme dit vrai !!!

Julie : Nous allons tourner cette roue, celle-ci va s’arrêter sur un politique, et Maissepère va filer mentalement au domicile de ce politique pour savoir ce qu’il devient. Nous lançons la roue !

Maissepère : Najat Vallaud-Belkacem, Michel Sapin, Bernard Cazeneuve, Jean-François Copé, va falloir écarter les murs aux Assedic, François Bayrou, j’ai mis des chômeurs tout chauds aussi… Maxime, vous dites stop quand vous voulez !

Maxime : Stop !  

Julie : La roue s’arrête sur Jean-Marc Ayrault. Que devient-il ? Que fait-il en ce moment-même ? A vous, Maissepère !

Maissepère : J’entre en moi-même. Je descends à l’intérieur de mon œsophage, je croise un Bounty, et hop mon esprit s’élève dans le studio, je vois d’ailleurs l’étiquette du postiche "Any d’Avray" de Maxime Switek.

Maissepère : Je prends l’A11, Péage de St-Arnoult, Le Mans, Angers, Nantes.

Maissepère : Ça y est, je suis dans le jardin de l’ancien Premier ministre. Je dois vous prévenir, on ne sait jamais où l’on tombe exactement. Je fais un pas en arrière, car j’ai quelque chose sur les yeux. Ah ça y est. Je vois qu’en bon germanophile, l’ancien ministre est en "claquettes – chaussettes" avec un râteau. Le souci, c’est que ce sont ses seuls vêtements. En même temps, on est dans une propriété privée, c’est moi qui n’ai rien à faire ici. Ecoutez on va annuler cette chronique. On va continuer à faire des petites choses avec des petites pièces de monnaie et des foulards, ce sera moins dégueulasse. A vous Paris.