Le patron d'agence d'alibi : "Je vous ai mis vos faux billets de train dans votre casier Monsieur Switek"

  • A
  • A
Commandeur News est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Michel Enfume, patron de l’agence "J’ai une réunion ce soir, chérie !" dévoile les secrets de sa profession au micro de Commandeur News.

Ce matin, c’est un invité au métier un peu particulier, qui est avec nous en studio !

Anissa : À l’occasion de la sortie du film très attendu Alibi.com, réalisé par Philippe Lacheau, qui décrit trois amis possédant une agence d’alibi, nous avons convié Michel Enfume, patron de l’agence "J’ai une réunion ce soir, chérie !" qui va nous dévoiler les secrets de sa profession ! Bonjour Michel.

Michel : Bonjour Anissa.

Anissa : Vous faites un métier incroyable. Vous pouvez l’expliquer à ceux qui ne le connaissent pas ?

Michel : Tout à fait. Un instant. Maxime, je vous ai mis dans votre casier un aller-retour SNCF Paris–Toulouse périmé du 11 au 13 février, trois fausses notes de taxi, et pareil pour les restos. Je vous ai mis un petit pot de Cassoulet pour votre femme. Et j’ai prévenu mon contact de chez SFR de vous mettre quelques appels soi-disant passés en gare de Toulouse, si votre femme regarde les factures. Maintenant c’est con d’aller aussi loin pour des filles de l’Est, moi j’ai un copain qui a un petit hôtel en face de la Gare de Lyon, et le soir, vous êtes chez vous pour coucher les gamins.

Anissa : On est à l’antenne, Michel.

Michel : Ah c’est en direct ? Dites le moi sinon ! Excusez-moi. Via Monsieur Switek, vous avez compris le principe. J’ai un très bon avocat pour les divorces.

Anissa : Des personnalités publiques font-elles appel à vos services ?

Michel : Bien sûr. C’était une des conditions de cette interview, j’ai obtenu de votre part que vous bipiez les noms et prénoms des personnalités que je vais citer.

Michel : Il se trouve que je travaille en ce moment beaucoup avec…

Michel : Fillon ! Attendez, bipez les noms et les prénoms, sinon ça ne sert à rien. Bon, je vais changer de personnalité, il se trouve que je travaille également avec une ancienne ministre de la Justice.

Michel : Dati ! Bon, on s’en fout. Il se trouve que je la plaçais dans un faux convoi de voitures officielles, nous allions soi-disant visiter une prison alors qu’en fait, nous allions aux soldes Presse de chez Dolce e Gabbana, ça reste entre nous. Je vous laisse, je dois aller rendre visite à mon client monsieur.

Michel : Sotto ! Je lui filé une poche de mercurochrome, qu’il fasse croire à sa femme qu’il s’est blessé en ouvrant une huître, je vais faire semblant de l’emmener à l’hôpital, dans un mini-van, où il ne sera pas seul. Je laisse des cartes de visite à l’accueil !