Eva Joly : "Ici en Norvège, je me suis fait contrôler positive à la Badoit. J'ai fait 17 ans de prison !"

  • A
  • A
Commandeur News est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

La juge franco-norvégienne, Eva Joly, est l'invitée de Commandeur News en direct depuis Oslo.

Ce matin, on part à Oslo !

Julie : Alors que François Bayrou fait polémique, en ayant appelé nos collègues de Radio France qui enquêtaient sur le Modem, nous sommes en ligne avec la juge franco-norvégienne Eva Joly ! Madame la Juge, vous nous entendez ?!

Eva Joly : Pardon madame Julie mais nous les Norvégiens, nous passons tous les matins, un petit quart d’heure devant notre chalet tout nu, à chanter des morceaux du code civil norvégien. C’est très bon pour la santé. D’ailleurs, si vous revenez demain, je vous le chanterai avec la bouche.

Julie : C’est passionnant ! On souhaitait avoir votre témoignage madame la juge, car les pays du Nord de l’Europe sont réputés pour être très rigoureux avec la morale ! Ici, c’est plus compliqué.

Eva Joly : Oui, j’ai vu ça. Nous ne mettons pas le curseur au même endroit dirais-je pudiquement. Je ne peux pas me prononcer mais vous les Français, je le dis avec tendresse, je vous adore, vous êtes tellement voleurs, escrocs, malhonnêtes, cyniques, hypocrites, Comment vous dire… Quand je suis au Parlement norvégien, et que je croque dans un Krisprolls, le biscuit de nos voisins suédois, même si je l’ai acheté, je dois prévenir mon assistante, les caméras se mettent en marche, et les fichiers sont conservés 150 ans après ma mort. Quand j’étais jeune, madame Julie, j’ai bu une Badoit. Vous connaissez la Badoit ?!

Julie : Oui je connais bien !

Eva Joly : J’ai été contrôlée positive à la Badoit à plus de 7 km/h, j’ai fait 17 ans de prison à la maison d’arrêt pour femmes d’Oslo, madame Julie. Nous devons déclarer tous les cadeaux que nous recevons de l’étranger. Tenez pour l’élection du Président, le couple Macron a envoyé à tous les parlements du monde, des petites poupées à son effigie, lui en Big Jim, et madame en Betty Boop, eh bien j’ai dû les déclarer !

Eva Joly : La Reine de Norvège a grillé la place d’une petite vieille dans la queue, à la gare SNCF de Bergen, elle a refait trois fois la queue, et a fait des excuses publiques de quatre heures à la Télévision norvégienne le soir de noël.

Julie : C’est fou ! Ce serait impensable ici ! Ici les politiques appellent les journalistes qui enquêtent sur eux, salarient leurs femmes, occupent des appartements des Offices HLM.

Eva Joly : Mais parce que vous n’êtes pas assez sévère, Gulli ! Accrochez-les par les roupettes à la Pieuvre de la Foire du Trône, la fête Foraine, près de Paris, et vous verrez que tout ça disparaitra comme par enchantement ! Je vous laisse, j’ai mangé par erreur le Bounty d’un collègue, je dois faire 400 km en Stop pour lui rendre. Ha det bra Gulli, au revoir !