Claude Tippex : "J'ouvre trois salles de classe par jour, j'en connais pas beaucoup qui bossent autant !"

  • A
  • A
Commandeur News est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

À l'occasion de la première épreuve du bac qui a lieu ce matin pour les élèves de terminale, Commandeur News reçoit Claude Tippex, conseiller d'éducation au lycée Clara Morgane.

Ce matin, on pose les portables sur la table, pas d’antisèche, on se prépare au Bac Philo !

Julie : Avec nous pour en parler, en duplex du Lycée Clara Morgane de Mouilleron sur Patte dans le Bas-Rhin, le conseiller d’éducation Claude Tippex !

Claude : Bonjour Julie, bonjour Europe 1 !

Julie : Claude, une question importante, avant d’aborder le Bac Philo, quel est le rôle du conseiller d’éducation ?

Claude : Ah alors ! Je suis content que vous posiez enfin la question Julie car c’est une profession qu’on connaît très mal "Conseiller d’éducation". Si vous voulez mon rôle est de passereliser entre la sphère éducative, le pivot parental, le chainon élève afin qu’il absorbe l’objet connaissance dans un contexte socio-éducatif référent donné.

Julie : J’ai rien compris.

Claude : Moi non plus. Si vous voulez, je me balade dans les couloirs du lycée avec une boule de clés, et je fais lever les gamins assis par terre.

Julie : C’est le début des épreuves ? Ça doit être excitant !

Claude : Oui bah vous vous exciterez toute seule ! Ça n’a rien à voir ! C’est l’alarme de mon IPhone, je la fais sonner toutes les vingt minutes, parce que j’ai des problèmes de circulation avec la chaleur, si je reste plus de 20 minutes les pieds sur le bureau, j’ai les jambes lourdes.

Julie : Vous vous moquez pas un peu du monde, Claude Tippex, là ? Quelle image vous donnez de l’Éducation nationale !

Claude : Pas du tout Julie ! Cessez ce petit ton ! C’est du travail le Bac Philo !

Julie : Racontez-nous alors ! Que faites-vous en cette période si importante !

Claude : Ce matin, j’ai ouvert les salles de classe pour les épreuves, on est un collège rural, ça fait trois salles de classe à ouvrir tous les matins, madame Julie ! Je le dis pour ceux qui disent qu’on fout rien ! Après je pars en pause pénibilité convention collective de 90 minutes, ce qui va nous amener à neuf heures, l’heure de la récréation pour les gamins, une demi-heure, après je partirai en surveillance d’épreuve, 90 minutes, ensuite pause repas, 90 minutes, pause pénibilité, 90 minutes, pause-café, temps mort, je serai rincé, et fin de journée, heureusement que j’ai le logement de fonction dans le collège sinon moi c’est l’AVC début juillet. Bon, allez, je vous laisse, je vais écrire le sujet au tableau "Ne rien faire autorise-t-il forcément la fainéantise ?" Vous avez deux heures !