"Chirac, au secours ?!"

  • A
  • A
Commandeur News est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

À l'heure où chaque candidat à la présidentielle souhaite obtenir le soutien de Jacques Chirac, l'ancien président passe des jours heureux auprès de son infirmière , Gisèle Cathéter.

Commandeur News, toute l’actu du jour revue et corrigée par Jérôme Commandeur.

Ce matin, c’est le Tweet inattendu de Jean-François Copé, se sentant trahi par Christian Jacob, qui en appelle directement à Jacques Chirac "Chirac, toi qui a vécu ça en 95, aide moi !". En exclusivité pour Europe 1, nous sommes en duplex avec l’infirmière personnelle de l’ancien président, Gisèle Cathéter. Bonjour madame Cathéter !

Gisèle : Bonjour monsieur Sotto, madame Julie ! Oh il y a même monsieur Cabrol ! Si j’avais su, je serais allée me faire une fraicheur chez Saint-Algue parce que je l’aime beaucoup.

Julie : Comment le Président Chirac a-t-il pris cet appel à l’aide, Gisèle ?
 
Gisèle : Vous savez maintenant, il a l’habitude, il n’a jamais été aussi populaire. Tout le monde rêve du soutien de Jacques Chirac pour 2017. Ici au centre de soins Loulou Gasté, on reçoit des demandes de soutien de toute la classe politique. Des gens de gauche, on a monsieur Hollande qui est un ami, Jacques Chirac a été son directeur de campagne en 2012, faut pas l’oublier. On va en recevoir une de monsieur Montebourg et Ah si ! On a un fou qui est venu à la porte l’autre jour, le type a dit qu’il était ministre des Affaires étrangères, qu’il avait été Premier Ministre, Jean-Marc Haro, Uro, Ayrault ! On a été obligé d'appeler SOS Psychiatrie. A droite, on a des demandes de Juppé, Debré, les fidèles, et puis on a des gens du Front National, comme Eric Ciotti, Nadine Morano, on a de tout quoi !

Julie : Plus le temps passe, plus le Président Chirac est populaire !

Gisèle : C’est vrai madame Julie ! Ce matin, je disais à ma chef de service, Chirac, tu le fous dans la rue avec une housse de couette orange Ikéa, c’est le Dalaï Lama ! A cinq Euros le bisou, l’été prochain, je me fais une piscine.

Jacques Chirac : C’est qui au téléphone ?

Gisèle : Ah il s’est réveillé ! Je suis avec Julie et Thomas Sotto monsieur Jacquot !

Jacques Chirac : Thomas So qui ?

Gisèle : L’ancien de Capital qui bosse à Europe 1, qui passe sa journée à bouffer des bananes sur Twitter !

Jacques Chirac : Passez les-moi. Madame Julie, Monsieur Sotto !

Julie : Bonjour monsieur le Président !

Jacques Chirac : J’ai de très bons souvenirs de Julie. On a fait un peu le même métier avec Julie, elle distribuait des enveloppes de liquide dans Europe Stop, moi c’était à la Mairie de Paris. Vous monsieur Sotto, c’est autre chose. Je profite de l’antenne d’Europe numéro 1 pour clarifier certains propos délétères de votre corporation que j’ai entendu à mon encontre. Dites à tous vos amis scribouillards, que je vais profondément bien, comme dit Renaud "Toujours vivant, rassurez vous, toujours la banane, toujours debout !". Lisez les telex de l’AFP. A ce titre, je recevrai à 14 h le Premier ministre Israélien Golda Meir à Matignon, puis à 16 h, je m’envole en Concorde avec pour une entrevue bilatérale avec le Président Gerald Ford à l’ONU. En tant qu’ancien Poppy’s, je lui remettrai son disque d’Or.

Gisèle : Oh là oh là oh là ! Ça y est, ça dérape ! Allez on donne le téléphone à Gigi ! T’façons c’est l’heure de la couche devant Gulli ! En plus, y a Kung Fu Panda, votre préféré ! Oh non, y a Annie Cordy qui s’est foutue une tasse de cacao sur la tête! Ils décrocheront jamais ! La bonne journée !

Les chroniques des jours précédents
Voir toutes les chroniques