Bernard Cazeneuve : "Qui veut un petit sexto de la part de Bernard ?"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Commandeur News est une chronique de l'émission La matinale d'Europe 1
Partagez sur :

Brigitte Lahaie, animatrice radio câline et coquine, reçoit le témoignage d'un amateur de sexto, un certain Bernard qui est Premier ministre.

Au menu ce matin, de curieux SMS envoyés par le nouveau Premier ministre Bernard Cazeneuve.

Julie : L’information est plutôt passée inaperçue mais une de ses collègues a révélé que l’ancien ministre de l’Intérieur lui avait, un jour, envoyé un SMS coquin par erreur ! Pour analyser cet acte manqué, on accueille l’animatrice radio câline et coquine mais toujours jolie, Brigitte Lahaie !

Brigitte : Bonjour chers auditeurs, vous sortez de la douche, vous êtes en train de vous sécher, ce serait tellement dommage de mouiller la moquette. Et vous écoutez Europe 1, qui n’a jamais été aussi libre, aussi forte, aussi insoumise.

Julie : Arrêtez Brigitte, on ne parle pas comme ça aux auditeurs !

Brigitte : Ah bon, et c’est toi qui va m’en empêcher, sauvageonne ? Tu veux que je te défie dans un bain de boue ? Raison gardons. On démarre tout de suite avec cette affaire de "sexto" qui secoue la république. On a la chance d’avoir en ligne un auditeur qui est lui-même un gros pourvoyeur de sextos. Vous allez juste nous donner votre prénom et votre profession pour pouvoir rester anonyme.  

Bernard :Bonjour, je m’appelle Bernard et je suis Premier ministre. Me concernant, je peux envoyer jusqu’à 200 sextos par jour.

Brigitte : Vous devez avoir les pouces en feu ! Ça doit faire un peu beaucoup pour votre femme, non ?!

Bernard : Ma femme en reçoit une dizaine et le reste c’est pour tout le gouvernement : un carnage.

Brigitte : Vous m’en direz tant !

Bernard : En plus, maintenant c’est thématique.J’ai envoyé "Ma louloute, je vais te secouer le champs de blé" à Stéphane le Foll.

Brigitte : D’accord…

Bernard : "Mets moi une fessée maîtresse" à Najat Vallaud-Belkacem.

Brigitte : C’est irrésistible !  

Bernard : Je vous laisse, l’ambassadeur russe est arrivé. Je voulais envoyer "Fais-moi des gros poutous" à Philippe Pou-tou, et je me suis trompé, j’ai envoyé ça à Vladimir Poutine, qui lui du coup est beaucoup moins branché gros poutous ! Grosse journée avec mes conneries !