Alain Juppé : "La Zoumba a fait de moi un autre homme, Julie !"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Commandeur News est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Alain Juppé n'a finalement aucun regret de ne pas avoir remporté la primaire de la droite.

Ce matin, petit coup de projecteur sur l’un des candidats battus à la Primaire des Républicains.

Julie : Nous partons à Bordeaux, où nous sommes en duplex avec vous monsieur le Maire.

Alain : Et un, deux, trois, quatre, Marinette, mets-toi dans les pas de Maurice ! Six, sept, huit, épaule, épaule, bascule.

Julie : Mais qu’est-ce que vous faites, monsieur Juppé ?

Alain : Je termine mon cours de Zoumba pour les fonctionnaires de la mairie de Bordeaux. Ils viennent un peu plus tôt le matin, en une heure, ils suent chacun l’équivalent d’une bouteille d’eau.

Alain : Et je peux vous jurer que très bizarrement, tous les problèmes de la journée s’évanouissent ! D’ailleurs, faites pas trop long Julie car juste après, y’a l’adjoint à la voirie qui nous donne un cours de Pilate.

Julie : C’est fou, c’est vraiment un nouveau Juppé qui est en train d’éclore !

Alain : Oui c’est vrai Julie, la Zoumba, le Pilate, la peinture sur soie, la poterie en pâte à sel, les cocottes en papier, sont les nouveaux enjeux de mon existence. On a même un pédopsychiatre qui vient nous faire refaire nos cris de bébé dans le hall : avec toute l’équipe municipale, nous nous mettons en fœtus sur des tapis de sol, et nous nous reconnectons à la vie.

Julie : Vous n’avez pas le regret de ne pas être dans la course à la Présidentielle ?

Alain : Pas du tout Julie. Je trouve que François Fillon fait une campagne remarquable, sur le thème du travail en famille. D’ailleurs, ma femme a porté ma sacoche dans l’ascenseur car j’avais moi-même les bras pris par un pack de Badoit, j’espère que la Police ne va pas venir perquisitionner chez nous !

Julie : Vous êtes moqueur, monsieur Juppé !

Alain : Mais pas du tout. Je le dis à François Fillon, s’il nous écoute, "François, plus que deux mois à tirer et c’est fini ! Le 6 mai, tu es libéré, délivré, comme la Reine des Neiges ! D’ici là, ta campagne, c’est comme une prise de sang ! Tu serres les poings et tu regardes pas là où ça pique ! Dans deux mois, libéré de toute fonction, tu pourras faire du parapente, du wake-board, te mettre à la pâtisserie. Courage !" Allez Julie, je vous laisse, y’a Marie-Louise de la scolarité qui nous sert un thé au Gingseng avant le cours de Pilate ! Bisous !