Comment préserver le bon pain et lutter contre sa standardisation ?

SAISON 2017 - 2018
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
    Partagez sur :

    Même s'il est une institution, le pain n'a pas échappé à l'industrialisation et le nombre de boulangeries traditionnelles baisse depuis 30 ans.

    Et à 8h30, nous retrouvons toute la semaine, Anne Le Gall pour le dossier du jour de Circuits courts. Bonjour Anne

    Bonjour Maxime, bonjour à tous. 

    L'émission aura lieu tout à l'heure en direct du Salon de l'agriculture et elle sera consacrée au bon goût du pain.

    Et oui parce que le pain chez nous c'est une institution, c'est souvent matin, midi et soir. Chaque Français en avale 58 kilos par an. Alors, du pain, je vous en ai apporté, et pas n'importe lequel : celui-ci c'est une petit tourte qui vient d'une boulangerie sélectionnée par le "Painrisien", c'est un blog spécialisé sur le pain.

    Et vous l'avez déjà goûté ce pain Anne !

    Oui forcement parce que regardez, la croûte est belle épaisse, ça sent bon le pain au levain. Ici on est loin du pain tout blanc tout mou, qu'on peut parfois trouver en grande surface. Eh oui, parce que le constat c'est que le pain n'a pas échappé à l'industrialisation, et à la standardisation qui touche l'agroalimentaire en général.

    Le pain industriel c'est aujourd'hui un quart du marché et le nombre de boulangeries traditionnelles est en recul depuis 30 ans. Mais il y a actuellement une prise de conscience dans la profession. Et depuis quelques années, de plus en plus de boulanger se remettent au blé anciens, aux farines bio, pour revaloriser le bon goût du pain. C'est le cas par exemple de Samuel Mougin, l'un des gérants du réseau pain et partage près de Lyon.

    Il produit 1.600 pains par jour et il emploie en plus 4 salariés en insertion. Et puis, nous recevrons aussi une autre boulangère qui défend le savoir-faire artisanal autour du pain. C'est Inès Deraeve, elle est toute jeune, elle est installée près d'Amiens, et vient d'une famille d'agriculteurs. Elle a choisi d’acheter un moulin pour produire elle-même la farine de son pain, à partir des céréales de la ferme familiale. Et toute ces questions sur le pain traditionnel et savoureux, c’est très sérieux, ça préoccupe les plus hauts sommets de l'Etat.

    Surtout Emmanuel Macron !

    Surtout lui car rappelons qu’'Emmanuel Macron veut inscrire la baguette française au patrimoine mondial de l’Unesco. C'est une thématique hautement symbolique et nourrissante qui s'annonce tout à l'heure dans Circuits courts.

    "Comment préserver le bon gout du pain ?" C'est à suivre tout à l'heure dans Circuits courts à partir de 13h15, avec Sébastien Guyot, Isabelle Saporta et toute l'équipe de Circuits courts. Vous serez en direct du Salon de l'agriculture.Merci Anne Le Gall a tout à l'heure !

    Les émissions précédentes