Venezuela : Un nouveau "bitcoin" basé sur le pétrole

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Le Venezuela a lancé hier soir, une nouvelle monnaie : Le "pétro" (dont la valeur est basée sur le pétrole). Il s'agit d'une sorte de "bitcoin" et apparemment, le lancement s'est plutôt bien passé ! 

Car au Venezuela, plus personne n'a confiance dans l'actuelle monnaie, le Bolivar; qui perd de sa valeur tous les jours. Cette année, au Venezuela, on attend une inflation de 13.000 %. Ça veut dire des prix multiplié par 130. Imaginez la baguette de pain qui passe de 1 euro à 130 euros. Bienvenue au pays !

D'où l'idée de lancer une nouvelle monnaie : Le petro ! (petro, comme pétrole, dont le pays regorge)

Et hier, c'était le lancement officiel du Pétro - le premier jour pour acheter cette nouvelle monnaie. Effectivement, les acheteurs étaient au rendez-vous. Le Venezuela a ainsi récolté 735 millions de dollars en vendant ses premiers Pétro.

Mais quelle confiance peut-on accorder dans cette monnaie, le "petro" ?

La grande différence avec le Bolivar, c'est que le petro n'est pas une monnaie papier - Non, c'est un Bictoin - une cryptomonnaie. Quel est l'intérêt de cette technologie ? C'est qu'il est impossible de faire marcher la planche à billet. On fixe à l'avance le nombre maximum de petro en circulation. En l'occurrence : 100 millions d'exemplaires. Pas plus.

Ça, c'est très rassurant.

Oui, mais ensuite, comment s'assurer de la valeur de cette monnaie ? Combien vaut un petro, d'ailleurs ?

Il a été décidé qu'un petro - valait 1 baril de pétrole. C'est à dire 60 dollars. Alors, effectivement, c'est là, la grande faiblesse de cette monnaie. Quelle valeur accorder à cette promesse des autorités du Venezuela ? Si demain, vous vous présentez à Caracas, avec 1 petro, pas sûr qu'on vous donne 60 dollars.

Mais, néanmoins, on voit là l'intérêt de cette technologie : La monnaie est en nombre limité, en nombre fini, et on peut lui assigner une marchandise. (Toute la question bien sûr, c'est d'avoir confiance dans l'émetteur).

Mais, vous savez que cela intéresse certaines entreprises privées, comme Kodak par exemple, qui a lancé son propre bitcoin, le "Kodak Coin" - pour payer les photographes. Vous voyez, ce bitcoin qui nous a tous fait sourire avec ses "yo-yo" est porteur d'une vraie révolution technologique qui intéresse aussi bien les Etats que les entreprises privées.