Sept millions de Français n'ont toujours pas accès à une connexion de qualité

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

L'UFC-Que Choisir dénonce un Internet à deux vitesses.

Une enquète montre que plus de sept millions de Français n'ont toujours pas accès à une connexion de qualité.

Il s’agit d’un sujet très sensible.
Le patron de l'Arcep, l'autorité des Telecoms, raconte qu'il se prend des tomates dans la figure dans les réunions publiques quand il sort ses statistiques affirmant que "99% de la population est couverte par un réseau". "ça n'est absolument pas le ressenti des gens !" reconnait le patron de l'Arcep qui s'entend dire régulièrement : "Venez chez moi, vous verrez, ça ne passe pas" !
Un sujet sensible parce qu'aujourd'hui, pour tout (vie personnelle comme professionnelle), vous avez besoin d'Internet pour les papiers administratifs, le télé-travail ou la télémédecine de demain. D'où cette impression d'être un citoyen de seconde zone quand a une mauvaise connexion.

Quel est l'état des lieux exactement dans le fixe et dans le mobile ?

Dans le mobile, c'est subtile. Oui, 99% de la population est couverte mais seulement 66% du territoire. Donc, oui, sur un tiers du territoire, vous n'avez pas ou peu de connexion.
Dans le fixe, tout le monde peut brancher un ordinateur à sa ligne téléphonique. Le problème, c'est la qualité de la connexion. Et selon cette étude de l'UFC Que choisir. Elle est lente pour 7,5 millions de Français, soit 11% des ménages qui rament sur Internet.
C'est une moyenne dans la Creuse, la Manche et la Meuse, c'est près d'un tiers ménages qui ont une mauvaise connexion.

Que faire ? Peut-on contraindre les opérateurs à réduire cette "fracture numérique" ?

Dans le mobile, les opérateurs ont des obligations contractuelles.
Le problème, c'est dans le fixe, il n'y a pas d'obligations. Les pouvoirs publics doivent attirer les opérateurs à coup de subventions qui se chiffrent en dizaine de milliards d'euros. Car la France a fait le choix ambitieux de passer directement à la fibre optique très rapide, mais très couteux et compliqué. Il faut creuser des tranchées, dérouler de la fibre, relier chaque maison. Aujourd'hui, un peu moins d'un tiers des Français ont la fibre. Mais, oui, c'est long. Les opérateurs font remarquer que pour le téléphone d'antan de nos grands-parents, il a fallu près de 100 ans pour relier tout le territoire. (gageons que ce sera plus rapide !)