Axel de Tarlé vous parle économie du 04/09/2017

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Axel de tarlé vous parle économie est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Le Premier ministre Édouard Philippe se rend mardi à Dijon, pour annoncer toute une série de mesures, concernant les travailleurs indépendants. Objectif : cajoler les millions d'artisans, de petits commerçants, de professions libérales qui s'estiment assommés par les charges et la bureaucratie.

On compte près de trois millions d'indépendants en France (coiffeurs, restaurateurs, plombiers, médecins...) et beaucoup se plaignent du RSI, la fameuse Sécurité Sociale des Indépendants, qu'ils ont rebaptisée, Racket sans Interruption ; des charges et de la concurrence déloyale des auto-entrepreneurs. C'est sur ces trois points qu'Édouard Philippe va tenter d'apporter une réponse.

Tout d'abord sur le RSI qui sera supprimé le 1er janvier prochain. Les indépendants seront rattachés au système général de la Sécurité Sociale, en espérant qu'il n'y ait pas à nouveau des bugs lors de ce transfert (qui va durer trois ans). Ensuite sur les charges, comme les salariés du privé, les indépendants vont bénéficier d'allègements de cotisations. Tous ceux qui gagnent moins de 4.000 euros auront un gain de pouvoir d'achat. Et enfin, sur la concurrence déloyale des autoentrepreneurs Édouard Philippe veut rééquilibrer les choses. Car pour eux, la vie est plus simple, et les charges plus basses (23 % contre plus de 40 % pour les autres).

Ce qui est intéressant, c'est la différence d'approche pour essayer de rééquilibrer les choses entre le régime des indépendants et celui des autoentrepreneurs. Sous François Hollande, qu'avait-on fait ? Pour rééquilibrer les choses, on avait complexifié le régime des autoentrepreneurs. On avait ajouté une taxe foncière, un stage obligatoire payant avec liste d'attente, une inscription au registre du commerce, compte bancaire séparé etc.
Alors que là, au contraire, on va s'inspirer des facilités du régime des autoentrepreneurs et l'étendre aux artisans qui réalisent un chiffre inférieur ou égal à celui des autoentrepreneurs (qui - au passage - sera doublé). C'est donc, une sortie par le haut... qu'il faut saluer. 

Parce qu'on sait très bien que ce statut d'indépendant est en train de se développer avec Internet. Aujourd'hui, on n'est plus forcément embauché par un grand groupe. Mais, on se met à son compte et on travaille pour différentes sociétés. Cela suppose bien évidemment de simplifier, au maximum, les procédures administratives, pour accompagner ce mouvement.