Paris est dans le top cinq des villes favorites des expatriés

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Carole Ferry fait un point sur l'économie.

L'économie avec vous Carole Ferry, vous nous révélez les résultats de l'enquête  mondiale de HSBC sur les villes préférées par les expatriés dans le monde. 27.000 expatriés ont été interrogés dans 159 pays, c'est l'une des études les plus sérieuses sur le sujet et il en ressort que Paris  fait partie des favorites.
Sans surprise, ce que les expatriés aiment à Paris c'est notamment la gastronomie française. (Mais nous n'arrivons pas en tête dans cette catégorie battus à plate couture par Tokyo) La catégorie qui nous hisse sur la plus haute marche du podium, c'est la beauté de la ville : son architecture, ses parcs, ses monuments. Tout ça, les étrangers qui vivent à Paris ne le retrouvent pas ailleurs.
Notre capitale arrive en 4ème position pour ce qui est du dynamisme culturel : les nombreux musées : le Louvre en tête en tête bien sûr, les concerts, les sorties aux théâtres. Mais on est tout de même battus là par Berlin, Buenos Aires, et Londres. A égalité toutefois avec New York. Pas de quoi rougir.
Point de vu circulation a Paris, on doit largement chuter dans le classement non ?
Ecoutez la question n'a pas été posée comme ça, du coup on échappe à la sanction. La question a été posée sur les transports en communs, et là et bien on est plutôt bien classés encore une fois. On arrive 8eme sur 159 villes.
Autre bon point : 67% des expatriés trouvent qu'ils ont gagné en équilibre de vie personnelle et vie professionnelle en arrivant a Paris. On est nettement au-dessus la moyenne nationale sur ce point. 

Paris, parmi les villes préférées des expatriés, c'est plutôt une bonne nouvelle avant le Brexit ?
Vous avez tout à fait raison Maxime, puisque d'ici mars 2019, vous avez entre 5.000 et 13.000 salariés de la City qui vont quitter Londres. Pour quelle ville ? Et bien HSBC, qui réalise justement chaque année cette étude, a dès le départ, annoncé qu'elle allait choisir Paris : jusqu'à 1.000 employés qui  devraient arriver de Londres. Alors on n'y est pas encore, la banque vient d'annoncer qu'elle n'était pas pressée de transférer ces emplois. Elle veut d'abord voir  quelles sont les conditions négociées avec l'Union Européenne. Voir si rester à Londres devient vraiment une punition ou pas.
Toutes les autres banques regardent également si elles vont devoir déménager, combien de salariés et où. Cette étude sur la qualité de vie à Paris est bien sûr un atout, gros bémol toutefois, sur le plan économique, nous n'avons pas que des bons points, loin de là. Paris arrive en queue de peloton par exemple sur les opportunités professionnelles. Sur ce point c'est San Francisco qui est leader, normal c'est la Sillicon Valley. Sur la seconde marche du podium, on retrouve Londres.