Les crèches privées ne connaissent pas le baby blues

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Carole Ferry fait un point sur l'économie.

L'économie avec vous Carole ferry, avec ce chiffre plus de 2 millions d'enfant de moins de 3 ans, et 436.000 places en crèche. Résultat de l'équation,  tous les jeunes parents la connaissent : comment faire garder son bébé quand on reprend le boulot ? Une faille dans laquelle s'est engouffrée le secteur privé ces dernières années et ça marche, Carole, c'est un secteur de l'économie qui se porte bien :

C'est simple en 7 ans, le secteur a triplé. Aujourd'hui c'est 15% des places en crèches : un chiffre d'affaire qui dépasse le milliard d'euros selon le cabinet d'étude Xerfi. Le nom de Babilou vous dit peut être quelque chose, c'est le 1er à s'être lancé dans l'aventure.

Petite histoire familiale au départ , 2 frères (tous les 2 pères de 4 enfants) décident de créer leur propres crèches privées. Aujourd'hui la petite histoire familiale c'est 500 crèches en France, 6.000 salariés dans le monde entier. Car cette PME (de plus de 300 millions d'Euros) s'est aussi développée au Luxembourg, à Dubaï et ne compte pas s'arrêter là. Dans les challengers, vous avez également les petits chaperons rouges, la maison bleue,  people and baby, bref c'est un vrai baby-boom.

Et alors chez les bébés la concurrence des entreprises est la même que pour vendre des voitures ou du soda ?

Exactement ! Et comme les entreprises ne peuvent  pas jouer sur les prix, (la marge de manœuvre est très faible) et bien elles misent tout sur les services. Evidemment, la plupart vous gardent les petits  jusqu'à 20h, (parfois même le samedi). Bien sûr les bébés mangent bio. (Les plus grands font même parfois pousser leurs légumes eux même).

Vous avez aussi  des cours d'anglais, de la sophrologie. On a même des crèches 4.0, hyper connectées avec une tétine qui prend la température envoyée sur le smartphone de la puéricultrice. Des aquariums projetés sur les murs. Bref c'est la crèche 5 étoiles.

Avec un prix cinq étoiles aussi ?

C'est le problème en effet : le modèle économique  fait, que, soit avez les moyens (il faut compter 1.500 à 2.000 euros par mois). Soit vous avez une entreprise qui accepte de participer aux frais, c'est comme ça en fait  que la plupart fonctionnent. Vous, vous payez le même prix que dans une crèche municipale et votre employeur paye le reste. Vous avez des grands groupes comme EDF, Thalès, Carrefour, Auchan qui réservent des berceaux pour leurs salariés mais aussi des PME. C'est une manière de fidéliser les salariés.

Et c'est toujours bon à savoir, ces crèches accueillent aussi ponctuellement des enfants du quartier, pour une journée ou pendant les vacances, au prix d'une crèche municipale. Qui sait, si vous tombez sur le jour  "sophrologie", vous gagnerez peut être en plus… une vrai nuit de sommeil.