Les chiffres excellents du tourisme : un remède face au déficit commercial !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Année record pour le tourisme en France en 2017, un secteur stratégique que l'on a tendance à sous-estimer.

D'abord les chiffres publiés ce mercredi par l'Insee, le nombre de touristes étrangers en France a bondi de 11% sur un an.
Plus que jamais, nous conservons notre rang de pays le plus visité au monde avec près de 90 millions de touristes étrangers, soit davantage que la population française.
Et que font tous ces touristes en France ? Et c'est là où c'est très intéressant : ils dépensent leur argent !

En terme de recettes touristiques, la France se retrouve derrière l'Espagne et les États-Unis ?

C'est vrai parce qu'en France, il y a beaucoup de tourisme de passage.
Un Anglais (par exemple) qui va en Espagne et qui dort une nuit en France est considéré comme un touriste même si effectivement, il ne va pas dépenser grand-chose.
Mais, justement, en matière de recettes touristiques c'est assez incroyable, la Banque de France vient de refaire ses calculs. Elle a affiné ses enquètes pour mieux suivre à la trace les dépenses de carte bleu des touristes étrangers dans les magasins, les restaurants ou les hôtels.
Au final, les touristes étrangers ne dépensent pas 40 mais plutôt 50 milliards d'euros chez nous soit 10 milliards de plus que ce que l'on croyait.
Exemple, les touristes chinois : on croyait qu'ils dépensaient en moyenne 400 euros chez nous, en fait, c'est 1.600 euros soit quatre fois plus !
Ce qui fait qu'en recettes totales, les touristes chinois ont dépassé les Américains !

Or, ce secteur du tourisme est stratégique et plus qu'on ne le pense ?

C'est une réponse à notre manque de compétitivité. En témoigne, les très mauvais chiffres du commerce extérieur, un trou de 62 milliards.
Certes, le "made in France" se vend mal à l'étranger mais, la "destination France", elle, cartonne !
Or, d'un point de vue comptable, ça revient au même.
Un touriste étranger, finalement, ce n'est rien d'autre qu'un client étranger qui achète du "made in France", sauf qu'il se déplace chez nous pour venir chercher le marchandise ou la prestation.
Si on calcule en net, le tourisme génère ainsi un surplus ou un excédent de dix milliards d'euros. Un chiffre qui va être revu à la hausse avec les nouveaux calculs.
C'est là, un atout majeur. La France a peut-être une industrie fatiguée, mais elle a un domaine touristique inégalé !