La Redoute, un modèle de résurrection après l'avènement de la vente par Internet

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Axel de tarlé vous parle économie est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie. Vendredi, il s'intéresse au rachat de La Redoute par les Galeries Lafayette.

Les Galeries Lafayette rachètent La Redoute, deux marques iconiques et plus que centenaires !

Les Galeries Lafayette datent de 1894 et la Redoute a été fondée en 1837 (sous Louis-Philippe). À l'origine, c'était un fabricant de laine à Roubaix - installé rue de La Redoute - qui a eu l'idée de vendre ses surplus de laine par correspondance. Voilà comment est né le fameux catalogue La Redoute qui va ensuite s'étoffer. Sauf que ce catalogue n'a pas résisté au tsunami Internet. L'entreprise a bien failli disparaître et il y a quatre ans, l'entreprise a été vendue 1 euro symbolique à ses salariés.

Mais - et c'est suffisamment rare pour être souligné - en quatre ans, La Redoute s'est totalement réinventé sur Internet. On peut parler d'une résurrection. Fini le gros catalogue où l'on trouve de tout, La Redoute s'est recentrée sur la mode et la déco. Et puis surtout, pour réussir sur Internet, il faut une logistique et un service de livraison impeccables. C'est pourquoi la société a investi dans un nouveau centre d'expédition ultra automatisé, capable de traiter une commande en deux heures contre deux jours auparavant.

C'est d'ailleurs cette résurrection, qui intéresse aujourd'hui les Galeries Lafayette qui sont à la traîne sur Internet. Car, on le voit bien partout dans le monde, l'avenir est de mixer les deux modèles. La vente en magasin et la vente sur Internet.

Alors comment vont s'imbriquer ces deux modèles  ? Notre façon de faire les courses va-t-elle changer ?

Oui, totalement. Pour réussir ce mix, il ne s'agit pas simplement de mettre sur Internet, ce que vous vendez en magasins. Il faut garder le meilleur de deux mondes. Sur Internet, l'avantage c'est la simplicité et l'assurance d'un prix bas, car on peut comparer les comparer. 

Dans les magasins classiques, l'avantage, c'est le plaisir, celui de voir, de toucher, de flâner, mais pas forcément d'acheter. C'est ce qu'on appelle, "l'expérience client", pour ensuite - éventuellement - commander sur Internet. Par exemple, La Redoute a ouvert quatre magasins en durs de mobilier (lit, canapé, fauteuils). L'objectif n'est pas tant de vendre que de donner envie. Le magasin est devenu un showroom.

Alors on souhaite bonne chance aux Galeries Lafayette et à La Redoute qui constituent le seul acteur français en matière de grand magasin. Et bravo aux salariés de La Redoute qui résistent face à l'ogre Amazon !