La France n'est plus que le 4e partenaire commercial de l'Allemagne. Pourquoi ? quelles conséquences ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

L'économie : Axel de Tarlé. La France n'est plus que le 4ème partenaire commercial de l'Allemagne.  Nous avons perdu 3 places en 3 ans !

C'est très humiliant. Parce que pour nous, Français, l'Allemagne est toujours notre premier partenaire. On achète beaucoup de produits aux Allemands, et on leur en vend un peu.

Mais, dans l'autre sens, ça n'est plus vrai. Pour les Allemands, la France, ça n'est plus grand chose. Dans l'ordre d'importance, nous ne sommes plus que n°4. Une dégradation très rapide en effet. Puisqu'il y a encore 3 ans, la France était le premier partenaire commercial de l'Allemagne.  Puis les Chinois nous sont passés devant en 2015. Et puis l'an dernier - selon les chiffres de l'Insee allemande - Nous avons été dépassés par les Etats-Unis et les Pays-Bas. (Alors, soyons honnête, ce recul s'explique par un changement des méthodes statistiques).

Il n'empêche, c'est une réalité, la France n'est plus que le 4eme partenaire commercial de l'Allemagne, derrière les Pays-Bas !

Justement : comment expliquer que l'Allemagne fasse autant de commerce avec la Hollande (17 millions d'habitants) ?

C'est à cause du port de Rotterdam, en Hollande. L'Allemagne est très ouverte sur le monde. 64 % des exportations allemandes se font vers le grand large (et donc via Rotterdam), en dehors de la zone euro. 64 %, c'est 10 points de plus que les exportations françaises.  En clair : L'Allemagne vend au monde entier. Quand le "made in France" peine à s'exporter.

Et cela s'explique par la faiblesse de nos "Entreprises de Taille Intermédiaire" ?

Exactement, En France, certes nous avons des géants du CAC 40. Très bien. Mais, après c'est le désert. Alors que c'est la force des Allemands qui possèdent tout un tissu de PME - ou plutôt de grosses entreprises régionales, capables d'exporter. Une nouvelle étude HSBC, à ce sujet - est effarante. En France, on compte 5.600 entreprises de taille intermédiaire (les fameuses ETI).  En Angleterre, il y en 9.000. Quasiment le double. Et en Allemagne, 15.000. Trois fois plus.

Pire, Si on raisonne en nombre d'ETI par habitant. Parmi les 14 pays étudiés. La France arrive en avant dernière position,  devant - tenez-vous bien - l'Arabie Saoudite, qui n'est (quand-même pas) pas un modèle de pays entrepreneurial.

C'est dire si on a raison, de tout faire pour essayer de restaurer un peu, la compétitivité du site France