Google City : le géant américain veut créer sa propre ville

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Google veut créer une ville, une "Google City" ! 

L'entreprise américaine recherche un vaste terrain pour créer la première ville "Google".

On se demande déja comment on va appeler les habitants de cette première "Google-ville". Les googliens ou les Googlois ?

En fait, il s'agit (comme toujours avec Google) d'un projet expérimental et pour créer la ville numérique parfaite du XXième siècle, c'est plus facile de partir d'une feuille blanche.

Plusieurs municipalités dont Denver, Detroit et surtout Toronto seraient déjà candidates pour fournir à Google un vaste terrain de cinq hectares, l'équivalent de sept terrains de football, afin de créer cette première ville intelligente.

A quoi ressemblerait cette "Google City" ?

Il y a un coté Big Brother assez effrayant.

Exemple en matière de sécurité : en cas de comportement suspect, l'habitant est identifiée, puis on croise avec son compte facebook pour voir dans quelle mouvance la personne évolue afin éventuellement de déclencher une opération de police.

Soyons Honnête, ce côté "big brother", on y est déja un peu avec les caméras de surveillance dans nos villes. Sauf qu'on passe de l'artisanat à une procédure automatisé avec des algorithmes, sans intervention humaine.

Mais l'objectif de Google, c'est (dit-il) d'améliorer la qualité de vie des gens, avec des voitures autonomes, un bilan carbonne neutre, une ville propre...etc..

En France, on a des expériences très intéressantes de villes numériques.

Fort heureusement, tout le monde n'attend pas Google.

Dijon (par exemple) vient de lancer avec Bouygues; un projet très ambitieux pour connecter tous les services de la ville. Exemple : Un accident de la route déclenche automatiquement l'envoie d'une ambulance, et automatiquement synchronise tous les feux de la ville pour faciliter le trajet de cette ambulance.

A la clé : une optimisation des services publiques et donc, des économies. 

Et puis surtout, une profusions de données collectées sur le trafic, la propreté, les usages urbains. Des données précieuses qui seront mises à disposition des start-up. Dijon espère ainsi devenir une pole d'excelence en matière d'urbanité numérique.

On verra le résultat. Mais, oui, on se plaint souvent de l'hégémonie de Google et là, on a une réponse concrète en Bourgogne, à Dijon.