Espérance de vie : les terribles inégalités !

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Europe matin
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

Il n'y a pas que les inégalités de revenus, il y a aussi les inégalités d'espérance de vie et elles sont terribles !

Pour une étude de l'Insee, on a croisé l'âge de la mort avec les revenus de chacun.
Et, effectivement, c'est flagrant et révoltant. Plus on est riche, plus on vit vieux.
Chez les hommes notamment, l'écart est spectaculaire.
Les 5% de Français hommes les plus aisés, ceux qui gagnent plus de 5.800 euros par mois, vivent en moyenne 13 ans de plus que les hommes les 5% les moins riches du pays.
Chez les femmes, l'écart est de huit ans entre riches et pauvres.

Certains chiffres sont effarants, par exemple :
Si vous gagnez 1.000 euros par mois, votre espérance de vie est de 75 ans.
Si vous gagnez 1.100 euros (soit 100 euros de plus) votre espérance de vie grimpe à 76 ans, un an de plus.
Comme si l'argent en plus apportait de la vie en plus.

Comment s'explique cet écart ?

L'Insee avance plusieurs pistes :
Tout d’abord, l'accès au soin. Si vous regardez chez les Français les plus modestes (les 20 % les moins riches). Il y a tout de même 11% des Français qui renoncent à se soigner pour des raisons financières.
Ensuite, il y a les addictions qui sont plus fortes chez les plus modestes. 39% de fumeurs chez les non diplômés, c'est quasiment deux fois plus que chez les diplômés du supérieur. C’est la même chose pour l’obésité.
Et puis, il y a aussi les risques du travail.
Si vous exercez un métier intellectuel, bien payé, vous êtes peu exposé aux accidents du travail.

Comment peut-on lutter contre ces inégalités ?

Il faut lutter contre les addictions comme le tabac et le sucre.
Sur les risques du travail, François Hollande a instauré un compte pénibilité qui accorde des poins retraite supplémentaires pour ceux qui exercent un métier difficile.
On souhaite bon courage à Emmanuel Macron qui veut réformer notre système de retraite, au nom de l'égalité, avec la fameuse idée qu'un euro cotisé ouvre les même droits à la retraite pour tous les Français. Encore faut-il pouvoir profiter de sa retraite !
Il y a cette étude terrible de la Caisse Nationale d'Assurance maladie qui montre qu'à 50 ans, les ouvriers passent en moyenne la moitié des années qui leur reste à vivre en mauvaise santé contre seulement un tiers pour les plus diplômés.