Commerce USA/UE : pourquoi l'Europe cible le beurre de cacahuète ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

La guerre commerciale s'envenime entre l'Europe et les États-Unis.
L'Union Européenne menace Donald Trump de représailles en cas de taxe sur les importations d'acier et d'aluminium.

La Commission se dit prête à taxer toute une série de produits américains comme les Harley Davidson, le jus d'orange mais aussi le Cranberry et le beurre de cacahuète.
C'est vrai que menacer Washington, en disant : "Attention, on va taxer le beurre de cacahuète", ça peut faire sourire !
Mais, justement, c'est la mesure de représaille parfaite.
Ici, en Europe, pesronne ne mange de beurre de cacahuète. Ça nous fait sourire mais, aux États-Unis, ça leur parle beaucoup ! C'est l'équivalent du Nutella.
Idem pour le jus d'airelle, le Cranberry. Ici, on sait à peine ce que sait mais, aux États-Unis, c'est une boisson très populaire.
Vous voyez, c'est une guerre psychologique. Il faut marquer les esprits américains.

Mieux, les Européens ciblent les produits qui viennent d'États Américains, où l'on trouve des élus influents à Washington.
Exemple : Pourquoi s'en prendre aux Harley Davidson ? Parce que les Harley sont fabriqués dans le Wisconsin. Or, qui est élu dans le Wisconsin ? Paul Ryan, qui n'est autre que le Président de la Chambre des Représentant.
L'idée c'est d'organiser une remontée de terrain très négative pour dissuader Donald Trump d'engager cette guerre commerciale avec l'Europe.
Et, visiblement ça marche puisqu'aux toutes dernières nouvelles, l'Europe pourrait être épargnée. On attend une annonce ce jeudi ou ce vendredi.

Les États-Unis affichent un déficit commercial Abyssal de plus de 500 milliards de dollars.
Donald Trump n'a -t-il pas raison d'affirmer que les échanges commerciaux avec le reste du monde ne sont pas équilibrés ?

Si, bien sûr ! Donald Trump avait d'ailleurs expliqué à Angela Merkel : "J'ai un problème, Chère Angela. je vois beaucoup de Mercedes à New-York mais pas beaucoup de Chevrolet à Berlin".
C'est vrai mais, est-ce que surtaxer les importations d'acier ou d'aluminium va résoudre ce problème ? Au contraire, cela va renchérir les coûts de fabrication aux États-Unis.
C'est comme si en France on disait, pour devenir plus compétitif, on va taxer toutes les importations.
Avec ce genre de raisonnement, on devient vite l'Albanie !