Automobile : les constructeurs auto allemands réclament un grand plan européen sur les batteries

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
L'édito économique d'Axel de tarlé est une chronique de l'émission Deux heures d'info
Partagez sur :

Chaque jour, Axel de Tarlé fait un point sur l'économie.

L'Europe veut rattraper son retard sur les batteries, un élément clé de la voiture électrique.
Tous les acteurs sont convoqués mercredi prochain, à Bruxelles, pour lancer un grand plan de reconquête.

La Commission Européenne, veut créer "Un Airbus des batteries". Aujourd'hui, on veut des Airbus pour tout : les trains, les bateaux, la banque et maintenant les batteries.
Là, l'avantage, c'est qu'on ne va pas se disputer pour savoir qui rachète qui, parce que tout le monde part de zéro.

C'est assez incroyable mais c’est cette technologie clé, qui est au cœur de la voiture électrique pour l'autonomie et les temps de recharge.
Toutes les batteries (sauf Bolloré qui en fabrique pour son Autolib) sont importées de trois pays, la Chine, la Corée et le Japon.
L'Américain Tesla fabrique ses propres batteries aux États-Unis mais, en Europe, on Importe tout.
Incroyable, quand on sait que la batterie c'est 40% du coût final d'une voiture électrique.

Mais au-delà même des voitures, si on veut de l’électricité propre (solaire ou éolienne), la batterie est essentielle car il faut pouvoir stocker cet électricité quand il n'y a pas de vent ou de soleil. Sinon, c'est la panne de courant.
La batterie est au cœur de la mobilité et de la transition écologique. C'est finalement une question de souveraineté dit la Commission Européenne.

Comment rattraper notre retard ? Que va-t-on décider mercredi prochain à Bruxelles ?

Déja, on prend conscience du problème, ce qui est bien.
Tous les constructeurs européens seront présents mercredi et notamment PSA, Volkswagen, Mercedes ou Renault.
Mais aussi et surtout, tous les chimistes comme Bosch, Total ou Siemens (car la batterie c'est une affaire de chimie).
L'objectif c'est, plutôt que chacun travaille dans son coin, que l’on travaille tous ensemble sur le mode Airbus, où les Européens se sont alliés pour concurrencer Boeing.
Bruxelles a débloqué une aide de plus de deux milliards.

On dit souvent que l'Europe ne sert à rien. Là, c'est un défi capital, maitriser cette technologie clé du XXIe siècle.