6 janvier 1887, première publication de Sherlock Holmes : "Une étude en rouge"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous le 6 janvier 1887,


Le jour de la parution du premier Sherlock Holmes, intitulé : Etude en rouge. A Study in Scarlett en anglais. Le roman n’est pas encore édité sous forme de livre. Ce 6 janvier 1887, les lecteurs découvrent le détective et le Dr Watson dans un journal, le Beeton’s Christmas Annual. Les deux personnages, du reste, ne se connaissent pas non plus. C’est dans ce roman qu’ils se rencontrent. Ils vont cohabiter à la célèbre adresse du 221B, Baker Street, à Londres. Ce numéro n’existe pas, mais ça n’empêchera pas certains lecteurs d’envoyer des lettres au nom de Sherlock Holmes pour lui demander de l’aide dans des affaires criminelles !


La fiction s’invite dans la réalité. C’est un succès immédiat ?


Non, pas tout de suite. Un succès d’estime tout au plus. C’est déjà beaucoup pour l’auteur, Conan Doyle, qui a eu du mal à se faire éditer. Eh oui… D’ailleurs, il a cédé ses droits sur le livre pour une bouchée de pain. Aujourd’hui, les quelques exemplaires restants du Beeton’s Christmas Annual font partie des ouvrages anciens les plus chers du monde… Le succès de Sherlock Holmes viendra avec le deuxième roman, Le signe des quatre. Finalement, le personnage de Sherlock Holmes va complètement lui échapper. Et c’est le public qui s’en empare.


C’est-à-dire ?


C’est-à-dire que Conan Doyle n’aura bientôt plus le choix. Les lecteurs réclament des aventures de Sherlock Holmes, au point que l’auteur, fatigué de son personnage, décidera de tuer le détective dans l’une de ses histoires, la pression du public sera telle qu’il sera obligé de le ressusciter. Mais ça, c’est une autre histoire.


L’histoire, on la retrouve à 14 heures, sur Europe1. 


Nous évoquerons le meurtre de l’archevêque de Cantorbéry, Thomas Becket.