4 décembre 1970 : les Français battent les Anglais à Pontvallain

  • A
  • A
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les événements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 4 décembre 2017, mais en quel 4 décembre 2017 partons-nous ?

Le 4 décembre 1370, il y a 653 ans. En pleine guerre de Cent-Ans, donc. Les Français, ce jour-là, mettent une bonne rouste aux Anglais à Pontvallain.

En quoi cette bataille nous intéresse encore ? 

En ce qu’elle a révélé un grand personnage de l’histoire de France : Bertrand du Guesclin ! Voilà qui nous rappelle des souvenirs scolaires… Du Guesclin est l’incarnation, le symbole même du grand guerrier médiéval. À l’époque, le roi s’appelle Charles V. Et du Guesclin est son connétable, c’est-à-dire le chef de ses armées. Un homme né en Bretagne, près de Dinan, et qui s’est tôt passionné pour l’art militaire. Courageux, intelligent, admiré. En 1356, il reprend Rennes aux Anglais. Fait chevalier, il se met au service direct du roi de France, et mène une guerre d’usure pour épuiser l’Anglais. Ce qui  lui vaudra le surnom de "Dogue noir de Brocéliande" !

Que se passe-t-il à Pontvallain, ce 4 décembre donc?

À l’époque, on multiplie les destructions pour harasser l’ennemi. Les Anglais sont experts en la matière. Après avoir pillé le nord de la France, ils ont pris possessions du comté du Maine. Alors, à la tête des troupes françaises, Du Guesclin leur livre bataille à Pontvallain, non loin du Mans. Avec une étonnante adresse, il parvient à chasser les Anglais, qui fuient vers le château de Vaas, au sud en laissant bien des morts derrière eux. Du Guesclin fait enterrer ses soldats sur place et place une croix de bois sur chaque tombe. Ces croix, dites-vous que les habitants vont pieusement les entretenir jusqu’en 1828, date à laquelle on les remplacera par un obélisque.


On retrouve Franck Ferrand à 14 heures, sur Europe1.

Pour une émission consacrée à l’époque de la Terreur.