29 mars 1919, Raoul Villain acquitté

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Aujourd'hui dans l'histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Exceptionnellement, Thomas Sotto a remplacé Franck Ferrand mardi pour nous faire revivre l'histoire à travers les événements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes les 29 mars 1919,

Le jour de l’acquittement de Raoul Villain. Un acquittement stupéfiant quand on sait que cet homme était tout de même jugé pour l’assassinat de Jean Jaurès, au café du Croissant, à Paris, en 1914 !

Il est remis en liberté faute de preuves ?

Même pas ! Il n’existe aucun doute sur sa culpabilité. Villain a été arrêté immédiatement après son crime. Il a tué Jaurès devant témoins. Et même, il revendique son geste! Seulement le jury populaire réuni aux Assises répond "non", à 11 voix contre une, aux deux questions-clés : "Raoul Villain est-il coupable ?" Et : "A-t-il prémédité son acte ?" Que voulez-vous, les temps ont changé. Nous sommes en 1919. La guerre est passée par là. La France victorieuse juge sévèrement ceux qui ont promu la paix, à commencer par Jaurès. C’est le seul moyen d’expliquer ou de tenter de comprendre ce qui, objectivement, s’apparente de la part du jury à un déni de justice.

J’imagine que certains ont dû réagir quand même ?

Oh oui ! D’autant que, c’est le comble, conformément à la loi, c’est la partie civile qui doit payer les frais de justice. C’est donc Mme Jaurès qui va devoir régler la note ! Le 4 avril, Anatole France en personne écrit dans L’humanité, le journal fondé par Jaurès : "Travailleurs, Jaurès a vécu pour vous, il est mort pour vous. Un verdict monstrueux proclame que son assassinat n’est pas un crime. Ce verdict vous met hors la loi, vous et tous ceux qui défendent votre cause. Travailleurs, veillez !" Les jours suivants, des manifestations monstres rassembleront des dizaines de milliers de personnes pour protester contre ce verdict. inouï Raoul Villain, lui, va préférer prendre la tangente, avant de revenir à Paris, mais sous un faux nom. Il se fera de nouveau arrêter pour trafic de monnaies, mais n’écopera que d’une amende. Il mourra en 1936 à Ibiza, tué par des anarchistes. Mais alors, ça, c’est déjà presque une autre histoire…

Et l’histoire, on la retrouve à 14 heures, sur Europe 1. 

Dans le cadre de notre semaine "Marie-Antoinette", nous évoquerons Lamballe, Polignac et les amies de la reine…


Cette chronique a été réalisée par Thomas Sotto.