29 avril 1980, la mort d’Alfred Hitchcock

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 29 avril 1980,

Dans le très chic quartier de Bel-Air, à Los Angeles, où un géant du cinéma vient de s’éteindre : Alfred Hitchcock. Il est mort dans son sommeil, aux alentours de 9 heures à l'âge de 80 ans.

De quoi est-il mort ?

D’une insuffisance rénale aigüe. Mais on peut dire qu’il attendait la mort depuis plusieurs mois déjà. En 79, une soirée d’hommage avait été organisée à Hollywood par l’American Film Institute. Le genre de soirée censé récompenser un maître pour l’ensemble de son œuvre. Loin de faire plaisir à Hitch, comme on l’appelait dans le métier, cette cérémonie l’avait angoissé, il y avait vu un mauvais présage, à juste titre. Du reste, Alfred Hitchcock buvait plus que de raison pour apaiser ses douleurs violentes aux  genoux. Autant dire que sa décrépitude physique n’annonçait rien de bon.

Quel aura été son dernier film ?

"Complot de famille !" ou Family plot en 76. Depuis, Hitchcock avait travaillé sur un nouveau projet : The short night, avant y renoncer pour raisons de santé. Ce n’était que la queue d’une comète éblouissante : Les 39 marches, L’Homme qui en savait trop, Fenêtre sur cour, Sueurs froides et le trépidant North by Northwest : La mort aux Trousses. Hitchcock, après avoir été longtemps méprisé par les gourous du 7e Art, était devenu, notamment sous l’influence de critiques français des Cahiers du Cinéma, un monstre sacré et l’inventeur d’une nouvelle écriture cinématographique. On a trop tendance à le réduire à son genre favori, le suspense. Hitchcock aura été tout simplement, le premier réalisateur-star de l’histoire du cinéma ; son nom, sur l’affiche, comptait davantage que celui de ses acteurs fétiches : James Stewart, Cary Grant, Ingrid Bergman ou Grace Kelly, et l’on cherchait fébrilement sa signature en fore de silhouette dans les premières scènes.  Etait-il, lui qui avait fait une première carrière à Londres, le plus britannique des réalisateurs américains, ou le plus américain des réalisateurs britanniques ? Cela, c’est une autre histoire…

Et l’histoire, on la retrouve à 14 heures, sur Europe1.

Nous revivrons l’épopée des studios télé des Buttes Chaumont.