28 avril 1945, mort de Benito Mussolini

  • A
  • A
Aujourd'hui dans l'histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 28 avril 1945,

Le jour de la mort de Benito Mussolini. L’ancien "Duce" qui, depuis dix-huit mois, présidait la République fasciste de Salo, a fui Milan trois jours plus tôt avec quelques fidèles. Passé près de Côme, il a passé la nuit dans une auberge près de la frontière suisse, à Grandola. Le lendemain, il croise une colonne allemande et se met sous sa protection pour continuer son chemin, caché dans un camion pour éviter les contrôles. Mais la troupe est bientôt arrêtée par des résistants italiens, les Partisans, et Mussolini, bien qu’en uniforme allemand, est reconnu par l’un d’eux, Urbano Lazzaro.

Que font-ils de leur prisonnier ?

Au départ, ils ne savent pas trop : la prise n’est pas banale. Du reste, Mussolini n’est pas seul, il est avec sa compagne du moment, Clara Petacci. Les Partisans attendent les ordres …qui ne vont pas tarder à venir : consigne leur est donnée "d’éradiquer tout symbole fasciste au nom de la renaissance de l’Italie". Les Partisans italiens exécutent donc Mussolini, Clara Petacci et seize autres personnes, dans un hameau nommé Giulino, au nord de Côme.

Et que fait-on des dépouilles ?

Elles sont d’abord ramenées à Milan, puis pendues par les pieds sur la piazzale Loreto. On sait que, dans ces périodes de libération, ceux qui sont censés lutter contre la barbarie finissent parfois par emprunter les méthodes de l’ennemi. Précisons que cette place n’a pas été choisie au hasard : c’est celle où, en 1944, 15 Partisans avaient été fusillés et exposés. Le corps de Mussolini sera ensuite déplacé vers Milan jusqu’à une tombe anonyme, dans un coin de cimetière ; puis volée, retrouvée et finalement rendue à la famille, à la fin des années 50. Elle est aujourd’hui devenue un lieu de rassemblement pour les néo-fascistes. C’est ce que les Alliés avaient voulu éviter absolument dans le cas d’Hitler mais enfin ça, c’est une autre histoire.

Et l’histoire, on la retrouve à 14 heures, sur Europe1. 

Nous referons, avec Jean-Christophe Ruffin, le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle.