25 janvier 1983, arrestation de Klaus Barbie

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Aujourd'hui dans l'histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les évènements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 25 janvier 1983,

En Bolivie, le jour de l’arrestation d’un certain Klaus Barbie, alias "le boucher de Lyon". Barbie n’a pas volé son surnom : il était le chef de la Gestapo dans la capitale des Gaules. Il a déporté des centaines de juifs, des enfants notamment. Depuis la fin de la guerre, il est recherché et a été condamné deux fois par contumace.

Comment le retrouve-t-on en Amérique du sud ?

Ce sont Serge et Beate Klarsfeld, les chasseurs de nazis, qui ont repéré sa trace en 1971. Il était caché en Bolivie sous le nom de Klaus Altman. Il a refait sa vie là-bas, il a la nationalité bolivienne et gère une entreprise d’exploitation de bois puis une compagnie maritime ! Il y vit très bien depuis 25 ans. Il nie être Barbie. Il nie même le fait de connaitre le français. Or il est interviewé par le journaliste Ladislas de Hoyos qui le piège en lui posant une question en français. Barbie répond en allemand, certes, mais a manifestement très bien compris la question prononcée en français. Nous sommes alors en 72. Quelques mois plus tard, le criminel de guerre admettra qu’il est bien Klaus Barbie.

Mais il a fallu encore 10 ans pour le juger :

Eh oui, parce qu’il n’y avait pas de convention d’extradition entre la France et la Bolivie. Beate et Serge Klarsfeld, ainsi que la mère d’enfants déportés par Barbie, vont faire beaucoup de bruit pour attirer l’attention. L’intellectuel Régis Debray va de son côté proposer d’enlever Barbie ! Ce sera un échec. Mais en 82, en Bolivie, l’opposition, favorable à la démocratie arrive au pouvoir. Barbie est arrêté ce 25 janvier 83, puis extradé vers la France. Le procès ne commencera qu’en 1987 ! Devant la cour d’Assises du Rhône. Il sera reconnu coupable de "crimes contre l’humanité" et condamné  à la prison à vie. Il mourra quatre ans plus tard, en prison. Enfin ça, c’est une autre histoire.

L’histoire, on la retrouve à 14 heures, sur Europe1.

Nous évoquerons Fontainebleau, "la vraie demeure des rois, la maison des siècles" selon Napoléon.