13 décembre 1990 : le Sénat adopte à son tour la loi Evin

  • A
  • A
Un jour dans l'Histoire est une chronique de l'émission Europe 1 bonjour
Partagez sur :

Chaque matin, Franck Ferrand nous fait revivre l'histoire à travers les événements qui ont marqué la date du jour.

Nous sommes le 13 décembre 2017, mais en quel 13 décembre partons-nous ?

Le 13 décembre 1990, jour de l’adoption par le Sénat (donc après l’Assemblée) de la fameuse loi Evin, du nom du ministre qui la soutenait, Claude Evin : une loi contre le tabagisme et l’alcoolisme qui s’inscrivait dans le prolongement de la loi Veil de 1976. Désormais, il sera interdit de faire de la publicité directe pour le tabac et pour l’alcool.

Vingt-sept ans, déjà !

Eh oui : déjà une grosse génération. Cela veut dire que tous les jeunes Français et Françaises qui ont aujourd’hui moins de la trentaine n’ont jamais vu de pub directe pour l’alcool ou le tabac. Je précise « directe », car il existe des moyens de contourner la loi, pour ne rien dire des multiples dérogations.

Mais le texte est plus large ; il définit des emplacements réservés aux fumeurs dans les lieux publics, et proscrit le tabagisme de tous les lieux d’enseignement. Vous savez qu’il faudra attendre 2007 pour que le tabac soit entièrement interdit dans les lieux publics et 2008 pour que la mesure s’étende aux hôtels, aux bars, aux restaurants.

Concernant l’alcool, la loi Evin est à l’origine de la petite phrase que nous autres, à la radio, sommes amenés à répéter si souvent : L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, ou encore : À consommer avec modération.

Est-ce que l’on a une idée, au bout d’un quart de siècle, de l’efficacité de cette loi Evin ?

On a tenté des bilans. Disons qu’ils sont en demi-teinte. Par exemple, la baisse du tabagisme chez les hommes est compensée par une nette augmentation chez les femmes. L’alcoolisme, quant à lui, ne baisse pas, c’est une litote.

Les vrais effets seraient plutôt à chercher du côté de l’amélioration de la qualité de vie des non-fumeurs, mais ce sont là plutôt des prolongements de la loi Evin que la loi elle-même. 

On retrouve Franck Ferrand à 14 heures, sur Europe1.

Pour une émission consacrée au compositeur Georges Bizet.