"Que votre parole soit impeccable"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Le livre "Les quatre accords toltèques" est un cadeau idéal pour Noël. Et le premier de ces quatre accords nous invite à parler avec intégrité et ne dire que ce que nous pensons.

Avec vous Anne Cazaubon, on va découvrir chaque jour un livre incontournable de développement personnel.

Namaste ! Oui toute cette semaine, j’ai décidé de décortiquer un livre qui a changé ma vie et celle d’un paquet de gens, si l’on en croit les chiffres de vente et le nombre de personnes qui le lisent dans les transports. Et un peu comme une bonne copine qui aurait rencontré l’amour, et qui souhaiterait que toutes ses copines célib’ rencontrent quelqu’un, j’ai envie qu’il vous arrive la même chose ! En plus d’être une bonne idée de cadeau de Noël (pour la modique somme de 7,90 euros. Je pense que je l’ai offert 25 fois), "Les quatre accords toltèques" est un petit bouquin à glisser dans votre sac à main, ou à poser sur votre table de chevet pour régulièrement replonger le nez dedans.

Mais c’est qui ces Toltèques ?

C’est aussi ce qu’a demandé ma mère. En fait, la civilisation toltèque remonte aux alentours de l’an mille, au Mexique. Et d’après les scientifiques, ça aurait été une civilisation d’artistes et de bâtisseurs, qui croyaient en une force vitale qui animait les êtres vivants. Des esprits qui se trouvaient dans les éléments naturels, comme les pierres ou le vent. C’est une sagesse universelle et intemporelle qui porte les mémoires des peuples premiers, leurs enseignements et leurs souffrances. Et les quatre accords Toltèques, c’est un peu l’histoire d’un livre devenu culte avec près de dix millions d’exemplaires vendus à travers le monde, traduit en 40 langues.

Juste au-dessous du titre : les quatre accords toltèques, il est écrit : "La voie de la liberté personnelle." Bon, dit comme ça, ça peut faire un peu sourire. Enfin, ça réveille surtout le cynisme de ceux qui restent coincés dans leur prison intérieure et qui ont jeté l’éponge depuis bien longtemps et qui, pour éviter de se regarder en face, préfèrent critiquer tous ceux qui se bougent et tentent de faire quelque chose de leur vie. L’idée, c’est de se changer soi, pour changer le monde. C’est ce que Ghandi disait quand il dit : "Be the change you want to see in the world." Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde. Oui, ça n’est pas toujours la faute des autres et pour retrouver notre intégrité, notre estime personnelle, notre paix et notre responsabilité dans tous les actes de notre vie, don Miguel Ruiz, l’auteur, nous propose donc ces préceptes.

Alors quel est ce premier accord ?

"Que votre parole soit impeccable." On est des Majax, des Copperfield, des Houdini de la parole ! Des magiciens des mots, parce que sans s’en rendre compte, on jette des sorts avec ce que l’on dit. L’idée est de nous inviter à parler avec intégrité et de ne dire que ce que nous pensons. De ne pas utiliser la parole contre nous-même, en disant par exemple : "Oh mais qu’est-ce que je suis nulle, oh mais quelle idiote…", ni pour médire d’autrui. Et là, je vous fais confiance, vous voyez bien de quoi, ou de qui je veux parler. Si vous êtes invités à un dîner et que vous ne voulez pas y aller, évitez de dire: "On est malade, on peut pas venir." Don Miguel Ruiz nous dit que si vous faites cela, vous pouvez vous retrouver avec une bonne grippe le lendemain, que la parole est tellement puissante, qu’elle fait arriver les choses, qu’elle crée votre réalité. Alors petit récap, autour de cette parole impeccable (je vous le concède, c’est archi dur à tenir mais important de garder cela dans un petit coin de l’esprit) :

- Essayez de parler avec intégrité, dites ce que vous pensez avec simplicité en ayant conscience que vous êtes unique.

- Bannissez les phrases dévalorisantes pour vous ou pour les autres.

- N’utilisez pas la parole contre vous-même, ni pour médire d’autrui.

- Utilisez la puissance de la parole au service de la vérité et de l’amour bien sûr.