Les vertus de la patience

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Dans la vie, il y a un temps pour tout. Il faut donc savoir faire preuve de patience et attendre son heure pour éclore.

Chaque jour avec la chronique Antidote, on en apprend un peu plus sur le développement personnel.

Namaste ! Peut-être que vous êtes comme moi. Que de temps en temps, vous trépignez d’impatience, quand ça ne va pas assez vite pour vous, dans votre vie, votre évolution personnelle, professionnelle, amoureuse, physique, spirituelle… Et pourtant, il y a un temps pour tout. Et surtout, il y a un temps pour tout le monde ! Je me souviens avoir croisé dans un service des sports d’une grande chaîne de télévision, un jeune journaliste tout droit sorti d’école, dont le rêve depuis l’âge de cinq ans, était justement de devenir journaliste sportif pour cette chaîne-là. Depuis tout petit, il le criait à qui voulait bien l’entendre. Et là, fraîchement sorti d’école, il venait d’être embauché. Il avait tout : le CDI, le badge à son nom, le bureau, le poste… Et pourtant, je vous jure qu’il ne sautait pas au plafond. D’ailleurs, il le reconnaissait : tout ceci était arrivé beaucoup trop vite. Je me souviens de lui, le regard dans le vague en train de répéter : "Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? Je n’ai plus de challenge ? Quel est le rêve d’après ?"

Alors oui, dans la vie, il y a des démarrages en trombe et puis il y a ceux qui prennent les petits chemins, qui sont allés voir l’arbre remarquable, qui ont cassé la croûte le long de la rivière, qui ont affronté l’orage, qui ont choisi les chaussettes qui ne laissaient pas respirer le pied, et qui du coup se sont coltiné quelques ampoules qui les feront boiter jusqu’au sommet ! Certains ne verront pas le lever de soleil au sommet de la montagne. Non, ils seront plutôt là pour l’heure du goûter, mais ils seront bien là, et disposeront d’un atout de taille : leur expérience. 

Les "late bloomers" à l'éclosion tardive. Justement, si vous faites partie de ceux dont l’envol se fait un peu plus tard, vous êtes peut-être ce que les anglo-saxons, appellent, dans leur pays et dans leur langue, un "late bloomer", littéralement, un "être à floraison tardive". En fait, une personnalité qui révèle tout son potentiel à la maturité. Y a pas à dire, ils sont forts ces anglos quand même, avec une autre manière d’aborder la vie, les échecs et les retards à la livraison ! Ils reconnaissent et valorisent ces profils qui réalisent leur destin, innovent, explosent de créativité à leur heure et presque mieux que les autres car ils profitent de leur chemin initiatique.

Alors je vous propose, plutôt que de déprimer et de ruminer notre impatience, de nous laisser inspirer par tous ces talents qui réalisent leur destin après 30, 40, 50 ou 60 ans. Ceux dont les projets aboutissent sur le tard ! C’est à 65 ans qu’Harlan David Sanders, a fondé Kentucky Fried Chicken, à 41 ans que Vivienne Westwood a réalisé sa première collection de vêtement, à 32 ans que Vincent Van Gogh a réalisé sa première exposition de peinture, à plus de 70 ans que la plasticienne Louise Bourgeois a connu son premier succès publique et une certaine notoriété, à 56 ans que Paul Cézanne a réalisé sa première exposition individuelle, à 40 ans que Toni Morrisson (aujourd’hui prix Nobel de littérature) a publié son premier roman, à 59 ans que Miguel de Cervantes a publié Don Quichotte, et à 45 ans que l’actrice Helen Mirren a décroché pour la première fois un rôle dans un film, avant d’obtenir un Oscar à 61 ans. Quant au maître de l’estampe Hokusai, "tout ce qu’il avait produit avant l’âge de soixante-dix ans, disait-il, ne valait pas la peine d’être compté."