Les accords toltèques, pour accéder au bonheur

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Anne Cazaubon poursuit la découverte des accords toltèques, une tradition ancestrale mexicaine qui vise à accéder au bonheur.

  • Les temps changent

Tu m’étonnes que les temps changent. Un petit mot pour vous signaler qu’à l’heure où je vous parle Christophe André, le psychiatre et auteur de best-sellers fait une présentation devant une trentaine de parlementaires de tous bords, sur l'impact positif de la méditation sur la santé et l'éducation. (Oui, on parle "méditation" à l’assemblée nationale, c’est possible !) Les deux députés qui sont à l’initiative de l’événement, sont Pacôme Rupin (de La République en Marche) et Delphine Batho (du PS) qui souhaitent tous les deux développer la pratique à la fois à l'Assemblée et dans les politiques publiques, (dans ces lieux où la vie est très chargée) et dans lesquels on se dit que oui, la méditation pourrait être d’un grand secours et éviter toujours plus de souffrance au travail.

  • Alors Anne, aujourd’hui, on poursuit avec vous la découverte des accords toltèques

Vous savez ces accords, ces préceptes que l’on doit à la tradition Toltèque (tradition ancestrale mexicaine) pour accéder au bonheur, pour se libérer, rassemblés dans ce best-seller international Les 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz. Hier, on a parlé du premier accord : "Que votre parole soit impeccable" ( hyper dur à suivre, à appliquer, je vous l’accorde, mais c’est en forgeant que l’on devient forgeron).

Place aujourd’hui au deuxième accord toltèque : "N’en faites jamais une affaire personnelle !" Oui ne prenez pas les choses personnellement. Ce que nous dit Don Miguel Ruiz, c’est que les "autres ne parlent que d’eux-mêmes et ne jugent que par rapport à eux-mêmes". C’est normal d’ailleurs, nous avons tous notre propre système de perception et d’analyse du monde, nous avons tous nos propres traumatismes, nos propres blessures, nos propres peurs et nos propres croyances. Bref, nous voyons le monde, tel que nous sommes.

  • Mais pourquoi est-ce qu’on prend tout personnellement ?

Alors pourquoi ? (je vous pose la question) Pourquoi réagissons-nous émotionnellement en permanence ? Peut-être parce que nous voulons être aimés, appréciés, compris. Peut-être parce que nous voulons contrôler l’extérieur, les autres et le monde en général. Et pourtant ce que nous dit ce deuxième accord toltèque, "n’en faites pas une affaire personnelle". C’est que ça n’est pas parce que ce collègue ne vous a pas salué dans l’escalier, qu’il vous fait la tête. Il n’a peut-être pas les yeux en face des trous ce matin.

Ça n’est pas parce que vous n’êtes pas sélectionné pour ce boulot, pour cette bourse, pour ce concours, que vous êtes nul dans votre domaine. Cela ne remet rien en question. De même ce n’est pas parce que cet ami ne répond pas immédiatement à votre sms, qu’il fait la tête. Il est peut-être très occupé, ça n’est pas parce que cette femme ne souhaite pas entrer en relation avec vous que cela valide que vous n’avez pas un physique avantageux (on le sait, quand on parle  d’amour, ces choses-là sont irrationnelles)

Dans l’absolu, même si la Terre entière disait du mal de vous, ("bitchait sur vous", comme dit le jeune),  cela ne devrait pas vous atteindre. Grâce à ce deuxième accord toltèque, on va apprendre à se détacher de notre sentiment d’importance personnelle. Grâce à ce "N’en faites jamais une affaire personnelle", tous les événements qui vous arrivent au quotidien n’auront plus aucune emprise sur vous.

Essayez voir. Vous allez vite comprendre qu’on gagne énormément en liberté quand le regard extérieur nous importe peu. Oui, si l’on a conscience que quoiqu'on fasse, de toute façon, les autres nous jugerons, alors vous allez vite comprendre que prendre personnellement tous ce qui nous arrive est une grave erreur.