Le yoga et la posture de l’arbre

  • A
  • A
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Ce dimanche, Anne Cazaubon nous montre les bienfaits du yoga en cette période hivernale. 

Tous les dimanches, avec elle, on en apprend un peu plus sur le développement personnel. Anne Cazaubon, ça ne vous a pas échappé, c’est toujours l’hiver.

Opération goutte au nez et lèvres gercées sur tout le pays !  Il est long cet hiver et à la fois, chaque chose en son temps ! C’est exactement ce que nous a rappelé notre prof de yoga l’autre jour, en nous faisant faire la posture de l’arbre. C’est une posture d’équilibre, sur un pied, dont les bienfaits sont multiples : elle tonifie la musculature des jambes, elle développe nos facultés de concentration et notre sens de l’équilibre. On place le pied droit contre la racine de la cuisse gauche et on se tient debout sur l’autre pied, tel un arbre en terre. 

C’est une posture en 3 temps. D’abord, on s’enracine, dans le sol, en écartant bien les orteils, pour s’ancrer au maximum, puis on cherche en face de nous un point de concentration. C’est alors qu’on passe à l’étape 2, qui est celle de s’élever,en étirant nos branches. L’arbre, c’est vraiment un symbole universel, qui représente l’axe du monde, un axe vertical, un lien entre ciel et terre…entre le spirituel là-haut, le subtil, le sensible, et en bas, l’ancrage donc, les racines, l’incarnation et la matière.

C’est une posture, qui nous remet dans notre verticalité d’Homme mais aussi, et c’est là que je veux en venir, qui nous rappelle la soumission de l’arbre aux saisons, un peu comme nous ! Oui, l’arbre symbolise les changements et les mutations qui surviennent dans la vie de chacun.

Nous aussi, on vit au rythme des saisons

On peut voir ainsi notre année, avec les lunettes du développement personnel. L’automne, c’est le moment des semences, là où on va « semer nos intentions pour l’année », où l’on va lancer nos projets, nos objectifs. On peut d’ailleurs les semer « physiquement ». Je me souviens d’une année de disette pour ma part, où j’avais semer des graines d’oseille, pour « matérialiser » cette envie d’attirer l’abondance dans ma vie !

Ensuite, il y a l’hiver, (on y est), période difficile, car si l’arbre s’est allégé de ses « anciennes peaux », s’il a fait tomber ses feuilles, (et avec elles, nos anciens rôles, nos anciens schémas, nos vieux scénarios à répétition peut-être), pour l’heure, on ne voit pas encore le début du commencement de la concrétisation de nos projets. Et c’est exactement là que la nature peut nous aider, dans cet entre-deux : (et c’est ce que la prof de yoga nous a rappelé, à nous tous, alignés en posture de l’arbre sur nos tapis de yoga). Que même si, pour l’heure, les arbres étaient nus, la sève coulait toujours en eux, et préparait de magnifiques bourgeons que nous ne tarderions pas à voir dans nos vies. C’est aussi ce que l’on appelle « l’œuvre au noir » en peinture. C’est le premier stade de ce qui sera une grande œuvre. Mais pour l’heure, on ne voit encore rien.

Puis viendra le printemps, avec déjà les premiers signes concrets de la réalisation de nos intentions. Souvenez-vous, celles que vous aviez semées, lancées au mois de Septembre. Et enfin, la consécration, la célébration, viendra avec l’été…pour goûter le fruit de votre travail, le cueillir, et le déguster.

Merci Anne, je rappelle qu’on vous retrouve tous les jours à 15h50 dans La vie devant soi sur Europe 1, pour une nouvelle chronique de développement personnel.

Les chroniques des jours précédents
Voir toutes les chroniques