En couple, comment survivre aux fêtes de fin d'année ?

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Alors que les fêtes de fin d’année nous replongent dans les méandres des liens familiaux, le couple peut lui voir ses problèmes déjà existants être exacerbés.

Ah la magie de Noël… Il y a ceux qui se réjouissent à la perspective de célébrer en famille au pied du sapin ou sous le gui. Vous les regardez depuis des semaines, préparer leurs cadeaux, impatients de retrouver leurs proches. Et il y a ceux qui ont mal au ventre rien qu’à l’idée de se retrouver en famille… Oui, il y a ceux qui somatisent tellement, en plus d’avoir cravaché pendant tout le trimestre, qu’ils tombent malade pendant les fêtes (une bonne vieille grippe ou gastro, leur permettant ainsi de brandir une excuse en béton armé pour zapper chacun des repas de fêtes et autre réunions de famille chez la vieille tante).

Oui, les fêtes de fin d’année nous replongent dans les méandres des liens familiaux. Vous avez eu beau mettre de la distance (et parfois on parle bien de kilomètres, voire de continents que vous avez intercalés entre vous et vos parents pour certains), à Noël tout nous rattrape ! Et en couple, c’est une véritable guirlande de sujets de disputes potentielles qui clignotent depuis plusieurs semaines déjà.

Le premier gros dossier, la première source de débats, le top du top de la dispute, c’est bien évidemment le lieu où l’on passera Noël : dans VOTRE famille ou dans la SIENNE ! Juste après, arrive la répartition des tâches. Oui parce que chaque année c’est la même chose, vous vous retrouvez à acheter tous les cadeaux et cuisiner pour 25 tandis que votre partenaire se contentera de signer la joli carte pour son filleul, glissée dans ce jouet presque introuvable, que vous avez fait venir de l’autre bout de la France.

Finalement, il semble que Noël et le Jour de l’An ne fassent qu’exacerber les problèmes déjà existants (s'ils existent) au sein du couple… Parce qu’à Noël, il va falloir faire semblant. Il va falloir donner l’image du bonheur absolu, et quand c’est la guerre en sous-terrain, cette image est d’autant plus difficile à donner.

Comment fait-on pour éviter que Noël vire au cauchemar ?

Le plus compliqué, à Noël, c’est de conjuguer les rôles. Quand on passe les fêtes dans notre famille, on se retrouve à notre place de petite fille ou de petit garçon face à nos parents, devant notre conjoint. Et c’est cette double posture qui est difficile à conjuguer. À la 3e remarque de votre mère sur ce que vous donnez à manger à vos enfants, ou sur la manière dont vous les éduquez, vous êtes à deux doigts de lui envoyer votre flûte de champagne à la figure ! En plus de tout cela, un couple, c’est l’équivalent de deux arbres généalogiques qui se rencontrent, avec leurs histoires, leurs secrets de famille, leurs traditions, leurs rites et leurs communications.

C’est sur cet équilibre entre ces deux histoires de clans que se construit le couple (et ça, ça veut dire que le compromis est la clé). Enfin, si des rancœurs existent dans les familles, elles seront non seulement ravivées à Noël mais aussi aux anniversaires, aux enterrements, aux mariages, à tout type de réunion de famille… Parce que le gros problème de Noël, c’est souvent que c’est une période idéalisée. Tout doit être parfait : le repas, la déco, les cadeaux… On en attend toujours beaucoup, et forcément, la désillusion peut être grande.