Des Mandalas naturels pour renforcer le lien familial

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Antidote est une chronique de l'émission La vie devant soi
Partagez sur :

Plutôt que de laisser votre enfant seul devant la télé, proposez-lui des activités pour renforcer le lien familial. Parmi ces activités, vous pouvez faire des Mandalas naturels.

On est mercredi, et le mercredi, vous vous intéressez aux plus petits !

C’est même l’une des missions d’Antidote le mercredi, de vous aider à nourrir toujours un peu plus ce lien si précieux entre petits et grands enfants. Oui, je ne vais pas vous l’apprendre, le seul lien de parenté ne suffit pas. Ce serait si simple… Au contraire, c’est même ce lien filial qu’il faut travailler, nourrir et développer toujours plus en conscience, bien sûr. Partager une activité ensemble, par exemple, c’est si rare. Aucun enfant, à l’âge adulte, ne se souvient de cet après-midi de plus passé tout seul devant une télé. Cherchez bien. Vous voyez ? C’est vrai qu’en termes de souvenir, de confiance en soi, de sécurité intérieure, on peut s’accorder sur le fait que c’est assez léger dans une vie, les heures de dessins animés. En revanche, ceux qui ont eu la chance de l’expérimenter se souviendront longtemps de ces quelques heures passées à construire cette cabane dans la forêt ou à fabriquer des couronnes de fleurs avec Papa ou Maman. Alors, aujourd’hui, je vous propose de mettre vos cirés, vos imperméables, de sortir les bottes pour mieux sauter dans les flaques, et de faire ensemble des Mandalas naturels.

Des Mandalas ? Qu’est-ce que c’est ?

Vous avez sûrement vu ces formes géométriques qui nous viennent d’Asie, elles sont figuratives ou abstraites, un peu comme de grandes rosaces. On les aperçoit souvent d’ailleurs dans les cahiers de coloriage pour adulte qui cartonnent en librairie. Le Mandala, en sanskrit, l’une des langues officielles de l’Inde, ça signifie le "cercle", la "sphère". Vous avez d’ailleurs peut-être déjà vu ces images de moines bouddhistes qui construisent des Mandalas avec du sable coloré. Tandis que nous, occidentaux, je suis sûre que vous aussi vous l’avez fait, on a tous tracé au doigt dans le sable, les lettres de notre prénom, de celui d’un bien-aimé ou d’une amoureuse dans un cœur immense. Peut-être même un "Bonne année 2017 !" écrit au talon sur la plage hors-saison entre une cabane à chichi/beignets/boissons fraîches fermée, et les portiques un peu rouillé et sans balançoires du Club des Oursins.

Mais comme disait René Char, "un poète doit laisser des traces de son passage, pas des preuves. Seules les traces font rêver". Alors parce que cette année, avec Antidote, on a définitivement choisi d’emprunter "le chemin de la fantaisie", je vous invite à réaliser avec vos proches, des Mandalas naturels, en vous inspirant du Land Art. Le Land Art, ce sont ces installations d'art contemporain que l’on fait dans la nature, avec les matériaux de la nature. Ça peut être du bois, de la terre, des pierres, du sable, de l’eau, des rochers…

D’abord, c’est l’occasion d’arrêter de shooter dans cette canette qui ne vous a rien fait, et de la ramasser par exemple. Mais aussi de lever le nez de votre smartphone, d’activer le mode avion et de regarder tout autour de vous, pour mesurer la beauté qui vous entoure. Pour votre enfant, plutôt que de jouer avec des cubes rouges ou des triangles verts en plastique, ce sera surtout l’occasion d’observer les couleurs et les formes qui existent dans la nature, la texture des feuillages, la taille des coquillages sur une plage, la forme des cailloux, la mousse au pied des arbres… Observer donc, puis créer. Si vous êtes en forêt, que vous trouvez une jolie clairière, vous allez peut-être commencer par poser un marron au centre. Puis votre enfant va se laisser inspirer par quatre brindilles pour former un carré autour. De votre côté, vous allez installer six branches de fougères qui vont partir depuis le cœur, comme des pétales. Puis votre enfant va faire tout un cercle de petits cailloux autour et ainsi de suite, pour réaliser ensemble une œuvre unique en pleine nature.

On peut partir du centre pour orienter les rangs vers l’extérieur, et là, on est plutôt dans l’expansion, dans le rayonnement. Mais on peut aussi partir depuis le cercle extérieur pour revenir petit à petit au centre, et en ce cas, ce sera plutôt un Mandala de "retour à soi", de "recentrage" en quelque sorte. Nous qui sommes tellement dispersés, voire écartelés parfois. Je vous invite à créer en silence avec votre enfant, votre conjoint, vos amis… A goûter à l'apaisante quiétude que procure la nature, à laisser parler votre imagination, et à laisser ensuite le temps faire son œuvre sur votre œuvre.